À propos du livre de Franz Staller, Kritische Edition und sprachhistorische Analyse der Innsbrucker Fragmente eines hebräisch – altfranzösischen Bibelglossars (ULB Tirol, Frg. B9), Studia Verlag, Innsbruck, 2019, 398 p., ISBN 978-3-903030-76-3

Élodie Attia

Franz Staller propose ici un ouvrage aussi riche que passionnant et fort utile : une édition critique et une analyse historico-linguistique des fragments d’un ancien glossaire biblique médiéval hébreu-ancien français en caractères hébraïques produit en Champagne du Sud avant 1300. L’ouvrage relève des études bibliques médiévales et des lexicologies romane et hébraïque. Il vient enrichir la recherche sur la question des langues utilisées par les médiévaux (chrétiens et juifs) en France du Nord au Moyen Âge pour étudier et comprendre la Bible en caractères hébraïques.  Suite à la découverte de quatre fragments inédits préservés la bibliothèque universitaire et régionale de Innsbruck (Autriche) (ULB Tirol, Frg. B 9), l’a. présente une partie d’un glossaire de type « exégétique » (p. 29) qui aurait été produit avant le 14e siècle en France du Nord (Tsarfat dans les sources hébraïques).  D’abord, l’ouvrage introduit le lecteur aux différentes méthodes d’étude des glossaires connus jusqu’ici et élabore de façon pertinente la question de leur signification et fonction (Sitz im Leben). Ces outils pédagogiques sont souvent liés à un cadre scolaire d’apprentissage de la Bible et associent langue sacrée hébraïque biblique (classique) et langue profane des gloses en ancien français (le’azim) auquel le célèbre R. Salomon ben Isaac de Troyes, (« Rachi », 1040-1105) a lui-même tant recours dans son commentaire littéral de la Bible. La floraison de ces outils s’explique par le rayonnement des communautés juives champenoises dans une région dynamisée par ses foires internationales. Les nombreuses sources existantes comparables (listes des glossaires complets ou quasi complets, des glossaires à l’état fragmentaire, et des glossaires alphabétiques connus à ce jour) sont également signalées permettant de constater leur importance dans le champ disciplinaire. Dans une deuxième partie (p. 27-53), l’a. décrit chaque fragment hébreu et édite de façon minutieuse systématiquement en trois colonnes (contre deux habituellement). La colonne A présente le lemme hébraïque (210 termes tous issus des Psaumes et des Proverbes), la colonne B, la glose en ancien français (pour 179 des cas), et la colonne C,une ou deux citations illustrant le sens du terme biblique noté en colonne A. La plus grande partie de l’ouvrage (p. 55 -301) contient une analyse linguistique poussée qui concerne autant les termes d’hébreu biblique que ceux du « moyen hébreu » (défini par l’a. comme un mélange d’hébreu mishnique et d’hébreu médiéval), de l’araméen et évidemment de l’ancien français. Il décrit entre autres les variantes orthographiques, les objectifs de didactique linguistique implicites, les ambiguïtés sémantiques, les polysémies. Au total, 27% des entrées du glossaire sont des hapax legomena ou termes uniques dans la bible hébraïque, 50% sont des homonymes et 30% des homographes. Dans le cas des hapax, la tradition orale et exégétique prend le relais afin d’identifier la racine et rendre possible son explication. On observera aussi que 25% des interprétations sont conformes à l’exégèse contemporaine quand 36% ne le sont pas, pour la plupart illustrant l’influence forte de Rachi. Les 17% d’allogloses montrent le rôle sans doute herméneutique ou interprétatif des gloses. En outre, ce glossaire illustre le travail important et nécessaire des « compilateurs » au cours des générations : 67% des lemmes relèvent de versets de la bible hébraïque et 24% du commentaire biblique de Rachi, et dans d’autres proportions d’autres commentateurs juifs, démontrant ainsi la fonction exégétique et pédagogique de l’ouvrage. Par exemple, l’entrée 105 présente le terme biblique הגא haga’ (Ps. 90,9, d’ailleurs citée dans le commentaire de Rachi), signifiant ici dans le contexte « un mot » ; le terme ancien français suivant étant פרולא parolé  « parole, mot » ; la dernière colonne citant d’abord Jos. 1,8 avec והגית בו we-hagita bo expression fréquente dans les colophons manuscrits hébreux et signifiant à propos du texte biblique « et que tu le médites », puis l’expression כמו׳ דיבור kemo dibbur comme « un mot », homonyme provenant de nouveau du commentaire de Rachi. Les transcriptions de l’ancien français en caractères hébraïques dont les voyelles et diphtongues sont rendues par les matres lectionis conduisent à montrer une compilation de termes datant d’entre 842 et 1330 (p. 336-338). L’a. localise avec certitude les fragments d’Innsbrück comme provenant de Champagne du Sud (Langue d’oïl) avec une série de particularités, parmi lesquelles 13 mots spécifiques du judéo-français (le tsarfatit) dont la proximité avec la langue commune confirme la thèse de M. Banitt contre celle de Blondheim-Weinreich au sujet du judéo-français. Banitt définit ce dernier de « langue fantôme » : les juifs de France du Nord avaient certes une existence culturelle et religieuse propre mais les glossaires montrent qu’ils étaient linguistiquement assimilés à leur environnement. La dernière partie détaille le contexte historico-politique en Champagne de l’an Mille et d’un judaïsme champenois florissant jusqu’à sa fin, scellée par l’expulsion des Juifs du Royaume de France en 1394. Ces gloses en ancien français sont extrêmement précieuses car elles attestent et documentent historiquement la réception du texte biblique au Moyen Âge, la compréhension et la langue dans laquelle les juifs médiévaux communiquaient à son sujet.

(Paru dans la revue ETR, 2021, p. 275-276).