LES BIBLES ET LEURS USAGES EN OCCIDENT MEDIEVAL Un point d’études latines et hébraïques                            

Mis en avant

SÉANCES MÉDIÉVALES D’AIX-MARSEILLE // séminaire pluridisciplinaire sur le Moyen Âge // année 2023-2024

Avec Chiara Ruzzier (Université de Namur) // Discutants : Élodie Attia (CNRS, TDMAM) et Emmanuel Bain (Aix-Marseille Université, TELEMMe)

Jeudi 8 février 2024

14h-17h

MMSH, salle PAF

Continuer la lecture

Participation au séminaire Pratiques médiévales de l’Ecrit, Université de Namur, Belgique, 19 avril 2023.

Mis en avant

Je suis heureuse de participer au séminaire « Pratiques médiévales de l’écrit » d’histoire de l’Université de Namur, mercredi prochain, en fin de journée.
Il s’agira de reprendre la question du corpus des Bibles hébraïques médiévales à ce jour conservées et celles produites avant 1300, et les estimations en fonction des types d’écrit, là aussi, une vaste question.
 
Ci-dessous le beau programme.
 

Continuer la lecture

Séminaire interlabo MMSH 2022-2023 : “De l’écrit à l’écran. Objets numériques et matérialité des sources écrites”

Galerie

Depuis 2021, un séminaire interlaboratoire de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH – Aix-Marseille université), co-organisé par Élodie Attia (TDMAM), Emmanuelle Chapron (Telemme), Sébastien Douchet (Cielam) et Anne Mailloux (La3M), réunit des spécialistes, professionnels, étudiants et utilisateurs du … Continuer la lecture

Colloque 8-9 novembre 2018 / MMSH Aix / Manuscrits bibliques médiévaux de la Tamise à l’Euphrate: textes, paratextes, usages et fonctions

Mis en avant

Après le colloque de juin 2016 “Research Approaches in Hebrew Bible Manuscripts studies”, cette nouvelle rencontre à la MSSH d’Aix-Marseille Université explorera les bibles médiévales hébraïques, grecques, latines, arabes, en partenariat avec le projet ANR MBH du TDMAM et l’ERC ParaText BIb (LMU Munich).

Le projet ANR MBH, entre méthode traditionnelle et méthode quantitative

Mis en avant

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

*Ce billet (version2) fait suite à la rencontre de collègues travaillant par analyse quantitative sur les manuscrits et les incunables, dont les travaux ont été présentés dans le cadre de l’école d’été “Le Livre médiéval au regard des méthodes quantitatives (12-16 juin 2017, Paris)”.[1] Je remercie Javier del Barco, François Foronda, Anne Mailloux et Chiara Ruzzier qui m’ont fait part de leurs réactions à la lecture de celui-ci.

Le projet MBH a pour objet l’étude d’un corpus d’au minimum une centaine de manuscrits bibliques hébreux produits avant 1300 et en monde Ashkénaze. L’objectif est de mieux connaître, à connaître à partir d’une analyse systématique basée sur un corpus dépassant 30 items (limite souvent pratiquée actuellement[2]), les grandes caractéristiques générales et les grands types de bibles hébraïques produites en Occident Médiéval. Il est un fait qu’aucune étude systématique n’a jamais été entreprise concernant les Bibles hébraïques médiévales[3]. Au XXIe siècle, alors que les bibles numérisées sur Internet sont nombreuses et disponibles aisément, et qu’un regain d’intérêt sur les bibles tardives est perceptibles[4], on ne sait pas caractériser les bibles hébraïques médiévales alors que ce sont les témoins par excellence des traditions et innovations qui sont au cœur du processus de production du livres[5].

Partant d’un corpus volontairement réduit (entre 100 et 200 manuscrits produits avant  en monde juif dit ‘ashkénaze’), le projet ANR a pour objectif de préparer le terrain à une enquête historique de longue haleine, à la fois, jusqu’en 1500 dans le(s) monde(s) ashkénaze(s), mais également de rendre pensables et faisables des comparaisons avec ce qui se produit dans d’autres aires géoculturelles du monde juif médiéval, à savoir, en monde séfarade, provençal, italien, byzantin et oriental.

Présentés ainsi, les objectifs du projet ANR MBH semblent clairement relever de « l’analyse quantitative ». Or cette analyse ne fait pas l’unanimité dans le monde de la recherche. Cet article a pour objectif de situer le projet ANR entre approche traditionnelle et approche quantitative, dans le but ultime de mieux connaître l’objet–livre Bible et son texte si charismatique de l’Histoire du Livre et de la culture.

***

Continuer la lecture

À propos d’écologie, d’éthique et d’usages des techniques numériques en SHS…

par Élodie Attia

CNRS, Aix Marseille Université, TDMAM, Aix-en-Provence, France

Résumé: En mars 2023, une séance (malheureusement annulée) du séminaire interlaboratoire De l’écrit à l’écran devait être l’occasion de se demander comment les technologies numériques (de plus en plus courantes, à la mode) utilisées pour analyser les documents et les données sont soumises aussi à la nécessité d’être moins gourmande en énergie. En d’autres termes, malgré leur diffusion, participent-elles de l’effort de lutte contre le réchauffement climatique, actuellement palpable par la sécheresse que connaît le bassin méditerranéen et de très nombreuses régions du mondes ? Quelques réflexions préliminaires, à hauteur de non spécialiste, sans louer ou condamner absolument les techniques en question.

***

En 2022-2023, il est un fait que les politiques actuelles des laboratoires du CNRS s’efforcent de demander de plus en plus fortement une évlauation de l’empreinte carbonne des activités des laboratoires. C’est une demande de l’HCERES, et des formations des DU à ce titre existent (cf. Webinaire https://labos1point5.org/les-colloques/webinaire-dus-2023). Une des discussions qui auraient pu éclore lors de cette séance aurait sans doute concernée, outre l’usage des techniques informatiques et numériques déjà très intégrées dans certaines disciplines et équipes, l’apparition de l’usage de l’IA dans les projets de recherche y compris en SHS et leur coût environnementaux. Ariane Pinché, lors du séminaire 2021-2022, nous avait présenté brillamment ses travaux lié à l’IA appliqué à des textes en anciens français médiéval, et nous ne lui avions pas spécialement posé la question de la durabilité écologique ou du coût environnemental de ces techniques du Deep-learning, fascinés que nous étions de ces résultats surprenants. Une des questions qui se posait était de quels savoirs devient-on propriétaire en ne fréquentant pas physiquement les objets que l’on étudie.

On notera en 2023 les critiques concernant les développements de l’IA, et l’apparition fulgurante de CHAT-GPT (en Décembre 2022), pourtant gourmand en énergie, et présenté comme un réel cas de conscience technologique à plusieurs titres. Celui-ci se présente commercialement ainsi: “Grâce à ses capacités avancées de traitement du langage naturel, ChatGPT peut générer du texte de haute qualité sur n’importe quel sujet. Cela le rend utile pour la création de contenu, comme la rédaction d’articles de blog, d’articles ou même de livres entiers. De plus, ChatGPT peut créer des essais incroyables sur un large éventail de sujets, même les plus difficiles.” (source: https://chatgpt.org/fr#how). On voit une publicité alléchante promettant du texte de ‘haute qualité’, mais soit.

Dans un article du Monde, G. Hinton, chercheur pour Google dont il vient de démissionner, et qui a dédié sa vie à l’IA, remet en question aujourd’hui ses recherches et l’oeuvre de sa vie. La compétition actuelle autour des développements de l’IA l’inquiète. Il est à craindre que les citoyens ne soient plus capables de discerner des informations vraies des fausses, manquant soit de formation soit d’éléments pour en juger. Ensuite, selon Hinton, que des robots militaires équipés d’IA soient engagés dans des conflits provoqués par des régimes autoritaires. https://www.lemonde.fr/pixels/article/2023/05/02/geoffrey-hinton-pionnier-de-l-ia-quitte-google-et-dit-regretter-son-invention_6171773_4408996.html

Une prise de parole du français Yan Le Cun, qui défend l’IA travaillant pour META (Facebook). Il ne nie pas les limites de l’IA en terme de fiabilité et de contrôlabilité. https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/04/28/yann-le-cun-directeur-a-meta-l-idee-meme-de-vouloir-ralentir-la-recherche-sur-l-ia-s-apparente-a-un-nouvel-obscurantisme_6171338_3232.html. Il compte sur “l’intelligence collective humaine” pour anticiper les dégâts de l’IA. Or on sait que la culture scientifique recule même dans les démocraties dîtes libérales, et que la qualité des formations ont été dégradées par les politiques de réduction des services publics (processus de Bologne). On se demande sur quelle intelligence collective il compte pour ‘anticiper’ l’IA (des intelligences formées dans des universités privées payées par Google et Facebook ou des universités indépendantes publiques ?). Au vue des difficultés d’anticipation et de réactions actuelles au réchauffement climatique (cf. rapport du GIEC à l’attention des décideurs 2023), on se demande bien qui saurait anticiper les dégâts générés par les IA productrices d’informations et de textes artificiels. Chat-GPT est un prévu pour être un “assistant” à la vie (et à la pensée, y compris créatrice) humaine.

On notera qu’en recherche, la version d’origine de CHatGPT avait été proposée à des scientifiques (hors SHS) afin de produire des articles et vérifier les limites du système. Certains chercheurs considèrent que l’IA pourrait aider à écrire des “synthèses”. Comme si l’exercice était trop difficile, trop coûteux alors qu’il est l’essence même du travail de recherche. Le chercheur serait-il juste un producteur de data, la synthèse relevant d’une IA ? Si “savoir faire une synthèse (en tenant compte des irrégularités et des singularités des cas)” est le signe d’une intelligence humaine, d’une formation, d’une culture, on peut se demander si livrer la synthèse à une IA est-il un signe d’intelligence ?

Dans tous les cas, aucun des deux chercheurs spécialistes de l’IA, Hinton ou Le Cun, ne posent la question de l’énergie nécessaire à ces techniques et du coût écologique de l’IA, comme cela n’était toujours pas une question importante. L’IA et ses développement participe-t-elle intelligemment d’un changement de paradigme concernant l’utilisation des énergies ? La part de l’informatique et des nouvelles technologies dans la production de Co2 s’accroît. Un article ici du CNRS de Juin 2021 qui pose la question https://ecoinfo.cnrs.fr/2019/10/01/impact-environnemental-de-lia/. Il semble que personne ne soit en mesure de dire combien d’énergie l’IA dépensera dans son utilisation, et visiblement personne n’y pense. Une citation de cet article : “Pour l’étape de fabrication des équipements, il n’existe pas à notre connaissance d’étude sur des équipements utilisés pour faire tourner ce type de programme, notamment car aucun constructeur de GPU (processeurs graphiques), TPU (processeurs spécifiques pour les réseaux de neurones) ou autre équipement équivalent ne fournit actuellement d’analyse de cycle de vie, qui permettrait de connaître les impacts liés à la fabrication. On peut cependant s’appuyer sur d’autres études pour estimer que cet impact serait important : une étude (sources: ecoinfo.cnrs.fr) montre par exemple qu’en terme d’empreinte carbone, une heure.coeur de calcul dans le centre de calcul Gricad à Grenoble a une empreinte carbone liée directement aux équipements qui est due à 40% à la fabrication des serveurs ! Et en terme d’autres impacts, l’extraction et le traitement des matières premières nécessaires à la fabrication des composants électroniques sont également très polluants.”

Il est donc pour l’instant difficile de dire si cette technologie, présentée comme la solution à de nombreux problèmes scientifiques ou techniques humains, participera à résoudre la crise climatique actuelle décrite par le GIEC ou au contraire, l’accentuera. Mais le certain c’est que ces techniques ont une empreinte carbonne doivent être évaluées. Les projets scientifiques en SHS ou non financés développant des techniques d’IA devront évaluer leur bilan carbonne et les publier.

Première version : 3 Mai 2023

Mise à jour : 11 mai 2023 / 26 septembre 2023

Vient de paraître ! MAI 2023

Fière de la sortie collectif de cet ouvrage issu d’une rencontre en 2018, à l’occasion du projet ANR MBH:

From the Thames to the Euphrates De la Tamise à l’Euphrate

Intersecting Perspectives on Greek, Latin and Hebrew Bibles Regards croisés sur les bibles grecques, latines et hébraïques

  • Edited by: Patrick Andrist , Élodie Attia and Marilena Maniaci

Volume 9 in the series Manuscripta Biblica https://doi.org/10.1515/9783111019963

About this book

This volume is the result of a symposium organised in 2018 by Élodie Attia in Aix-en-Provence and offers a cross-sectional view of the production of typologically similar Latin, Greek and Hebrew Bibles during the course of the Middle Ages.

It first explores the different ways in which complete Bibles, in one or more volumes from the same production (pandects), were produced in different places and at different times, with an emphasis on their structural complexity. Complete Bibles are rare in all the traditions considered but especially interesting given the technical challenges that their production posed for craftsmen.

Partial Bibles represent a different way of transmitting the biblical text, whether they consist of a choice of parts of the Bible, assembled and reassembled in more or less original ways, or in the design of new types (such as the “Pentateuch-Megillot-Haftarot”, produced in the Ashkenazi world before 1300).

Bibles with commentaries are a very varied category, illustrated here by two examples: first, the pandects produced by Theodulf († 821), in which the marginal notes are akin to a critical apparatus; second, Hebrew manuscripts containing systematic exegetical commentaries in sophisticated layouts that also vary according to their areas of production.

Finally, the presentation of new fragments of a very ancient scroll of Genesis and Exodus from the Cairo Genizah sheds new light on its insertion into the Masoretic tradition, and to document the existence of partial Bibles in the form of scrolls.

This volume shows the value of a comparative approach to ancient Bibles and hopefully represents a further step towards a more comprehensive perception of a history of the Bible.

SECTION 1: BIBLES COMPLÈTES (EN UN OU PLUSIEURS VOLUMES) / COMPLETE BIBLES (IN ONE OR SEVERAL VOLUMES)
Contenu, ordre et structure des Bibles byzantines aux ixe et xe siècles (notes inédites revues par Patrick Andrist)
Paul Canart
13
L’architecture du Codex Basilianus (Vat. gr. 2106 + Marc. gr. 1) et l’étonnante hypothèse de Paul Canart
Patrick Andrist
21
Item Biblia in uno volumine : le « compactage » du texte biblique du XIe au XIIIe siècle
Chiara Ruzzier
 
39
SECTION 2: BIBLES PARTIELLES / PARTIAL BIBLES
Bibles hébraïques partielles : le cas des « Pentateuque- Megillot-Haftarot » ashkénazes
Élodie Attia
61
Partial Bibles in Southern Italy: the case of Montecassino
Roberta Casavecchia and Marilena Maniaci
83
SECTION 3: BIBLES À COMMENTAIRES / BIBLES WITH COMMENTARIES
The pandects of Theodulf of Orleans. Carolingian Bibles with critical apparatus: state and prospects of research
Caroline Chevalier-Royet
105
The layout of the glossed Hebrew Bible from manuscript to print
Javier del Barco
127
SECTION 4: ROULEAUX BIBLIQUES MÉDIÉVAUX / MEDIEVAL BIBLICAL SCROLLS
Fragments of the earliest complete Torah scroll in the Cairo Genizah?
Ben Outhwaite
Source : https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783111019963/html
<img src="cid:01C6A906-E4CC-4534-8BA3-589A1E3939D3" alt="

À propos du livre d’Annett Martini, ›Arbeit des Himmels‹ Jüdische Konzeptionen rituellen Schreibens in der europäischen Kultur des Mittelalters, Studia Judaica, 115, De Gruyter, Berlin/Boston, 2022. ISBN 978-3110721904

Par Élodie Attia, Aix Marseille Univ, CNRS, TDMAM, Aix-en-Provence, France

Cet ouvrage présenté ici mène une recherche originale sur un artefact médiéval qui a été longtemps considéré comme a-historique : le rouleau liturgique hébreu (Sefer Torah) contenant le Pentateuque de la Bible et utilisé dans les synagogues pour la liturgie publique. L’a. propose de l’approcher comme un phénomène particulier de la tradition écrite juive autant d’un point de vue de la production matérielle de l’écrit que d’un point de vue théologique et social. De tous les écrits sacrés (rouleaux, megillah et tefillin), aucun n’attire autant l’attention des autorités normatives rabbiniques que la production des rouleaux de Torah, et ce depuis l’Antiquité tardive, preuve d’une idéalisation prononcée et d’une théorisation de l’objet. L’a. a choisi d’étudier le rouleau produit au Moyen Âge en monde ashkénaze, en France et en Allemagne, participant du renouveau des études de la dernière décennie sur les bibliques médiévales de ces espaces.

Continuer la lecture

Conference Report “Bibles and Scholars : a Tribute to Paul Kahle and Gérard Weil”, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 9 to 12 of June, 2022.

The colloquium “Bibles and Scholars : a Tribute to Paul Kahle and Gérard Weil” has been held in Aix-en-Provence, from 9 June to 12 June 2022. Organized by Elodie Attia (CNRS Aix-Marseille Université). Originally planned for April 2020, it had been delayed due to the COVID 19 crises and to the loss of Prof. Philippe Cassuto (IREMAM, Aix-Marseille University) who was co-organizer, and one of the last disciples of Gérard Weil. With the support of the European Association of Jewish Studies.

Abstract Continuer la lecture

Colloque international : Bibles and Scholars : A Tribute to Paul Kahle and Gérard Weil


Du 9 au 12 mai 2022 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Organisation/contact : Élodie Attia (CNRS, AMU, TDMAM) : elodie.attia@univ-amu.fr

Dans le cadre du projet ANR : MANUSCRIPTA BIBLIAE HEBRAICAE
Avec le soutien de l’IREMAM (CNRS, AMU)
Avec le soutien de l’European Association for Jewish Studies*


TELECHARGER LE PROGRAMME

https://www.cpaf.cnrs.fr/IMG/pdf/bibles-and-scholars-program-web.pdf

Affiche réalisée par Patricia Zuntow (TDMAM)



PRÉSENTATION


Paul Kahle (1875-1964) et Gérard Weil (1926-1986) sont deux éminents spécialistes qui ont marqué et marquent encore profondément les études bibliques et massorétiques.
Depuis la découverte en 1926 par Kahle du premier manuscrit complet de la Bible hébraïque jamais conservé (« le Codex de Léningrad ») et les travaux de Weil des années 60-70, les interrogations sur l’origine du texte biblique et sa transmission médiévale se sont multipliées, les éditions de la Bible grandement renouvelées.

En novembre 2016, le fonds documentaire et d’archives privé de Weil a été légué à la BIAA (MMSH) tandis que le projet ANR Manuscripta Bibliae Hebraicae (sous la responsabilité d’Élodie Attia) entamait un travail systématique sur la forme, la fonction et les usages des manuscrits bibliques produits en Europe et en Méditerranée, prolongeant à sa façon cette tradition d’étude au sein du laboratoire TDMAM.

Ce colloque sera l’occasion de rappeler les liens scientifiques étroits qui unissaient Paul Kahle et Gérard Weil, de leur rendre hommage, et de mettre en lumière les études des chercheuses et chercheurs qui aujourd’hui, s’interrogent encore sur les mécanismes de transmission matérielle des textes à portée religieuse ou sacrée, pour mieux les comprendre, et, comme aimait le dire Philippe Cassuto, lui-même fervent disciple de Gérard Weil, pour analyser ces textes “tels qu’ils sont et non comme ils devraient être”.




Paul Kahle (1875-1964) and Gérard Weil (1926-1986) are two eminent specialists who had and continue to have a profound impact on biblical and Masoretic studies. Since Kahle’s discovery in 1926 of the first complete manuscript of the Hebrew Bible ever preserved (the “Leningrad Codex”) and Weil’s work in the 1960s and 1970s, there has been a growing number of questions about the origin of the biblical text and its medieval transmission, while editions of the Bible have been substantially updated.

In November 2016, Weil’s private document and archive collection was bequeathed to the BIAA (MMSH) as the ANR project Manuscripta Bibliae Hebraicae (led by Élodie Attia) began working systematically on the form, function, and uses of biblical manuscripts produced in Europe and the Mediterranean, continuing this tradition of study in its own way within the TDMAM research unit.

This colloquium will be an opportunity to recall the close scientific ties between Paul Kahle and Gérard Weil, and to pay tribute to the researchers who are still working today to better understand the mechanisms of material transmission of religious and sacred texts, and, as Philippe Cassuto – himself a fervent disciple of Gérard Weil – liked to say, to study the texts “as they are and not as they should be”.

Colloque Final du Projet ANR MBH Manuscripta Bibliae Hebraicae “Bibles and Scholars: A Tribute to Paul Kahle and Gérard Weil”

BIBLES AND SCHOLARS / A TRIBUTE TO PAUL KAHLE AND GÉRARD WEIL

>Du 9 au 12 mai 2022 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (salle G. Duby), Aix-en-Provence.

Organisé par Élodie Attia (CNRS, AMU, TDMAM), dans le cadre du projet ANR « Manuscripta Bibliae Hebraicae ».
Avec le soutien de l’IREMAM et de l’EAJS (The European Association for Jewish Studies).
 
>Consultez le programme en ligne /Consult the program on line
https://cpaf.cnrs.fr/IMG/pdf/bibles-and-scholars-program-web.pdf
 
 
PROGRAMME
 
 
Paul Kahle (1875-1964) et Gérard Weil (1926-1986) sont deux éminents spécialistes qui ont marqué et marquent encore profondément les études bibliques et massorétiques.
Depuis la découverte en 1926 par Kahle du premier manuscrit complet de la Bible hébraïque jamais conservé (« le Codex de Léningrad ») et les travaux de Weil des années 60-70, les interrogations sur l’origine du texte biblique et sa transmission médiévale se sont multipliées, les éditions de la Bible grandement renouvelées.
 
En novembre 2016, le fonds documentaire et d’archives privé de Weil a été légué à la BIAA (MMSH) tandis que le projet ANR Manuscripta Bibliae Hebraicae (sous la responsabilité d’Élodie Attia) entamait un travail systématique sur la forme, la fonction et les usages des manuscrits bibliques produits en Europe et en Méditerranée, prolongeant à sa façon cette tradition d’étude au sein du laboratoire TDMAM.
 
Ce colloque sera l’occasion de rappeler les liens scientifiques étroits qui unissaient Paul Kahle et Gérard Weil, de leur rendre hommage, et de mettre en lumière les études des chercheuses et chercheurs qui aujourd’hui, s’interrogent encore sur les mécanismes de transmission matérielle des textes à portée religieuse ou sacrée, pour mieux les comprendre, et, comme aimait le dire Philippe Cassuto, lui-même fervent disciple de Gérard Weil, pour analyser ces textes “tels qu’ils sont et non comme ils devraient être”.
 
 
Contact :
Élodie Attia : elodie.attia@univ-amu.fr
 

 

Vient de paraître !

The Hebrew Bible Manuscripts : A Millennium

Series : Supplements to the Textual History of the Bible, Volume : 6
Volume Editors : Élodie Attia and Antony Perrot

In The Hebrew Bible : A Millennium, scholars from different fields and dealing with different material sources are trying to consider the Hebrew Bible as a whole. The development of new databases and other technological tools have an increasing impact on research practices. By inviting doctoral students, young researchers, and established scholars to contribute, this interdisciplinary book showcases methods and perspectives which can support future scientific collaborations in the field of the Hebrew Bible.
This edited volume gathers relevant research from Dead Sea Scrolls Studies, Cairo Genizah Studies, European Genizah Studies, and from Late Medieval Biblical Manuscript Studies.

VOLUME EDITORS



Élodie ATTIA
Historienne, codicologue, paléographe, Elodie Attia est chargée de recherche au CNRS, rattaché au laboratoire TDMAM (AMU, CNRS).

Anthony PERROT
Professeur d’hébreu biblique et d’Ancien Testament à la faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine.

Séminaire interdisciplinaire MMSH Aix-en-Provence “De l’Écrit à l’Écran” (octobre 2021-avril 2022)

Séminaire interlaboratoire soutenu par la MMSH Aix-en-Provence. Organisation : Élodie Attia (CNRS, TDMAM), Emmanuelle Chapron (AMU, Telemme), Sébastien Douchet (AMU, CIELAM), Anne Mailloux (AMU, LA3M).

Depuis une vingtaine d’années, les technologies numériques sont au cœur de la pratique quotidienne des chercheurs. Bien plus qu’un outil de visualisation, elles offrent des possibilités inédites pour la recherche. Ce saut numérique s’est accompagné d’un mouvement de réflexion épistémologique des communautés savantes sur leurs objets, leurs outils et leurs méthodes de travail, encourageant les travaux sur les supports de l’écrit, sur l’analyse matérielle des codices et la collation des exemplaires, sur les collections, archives et bibliothèques, sur la vie matérielle des artefacts et les strates d’interprétation ajoutées par les manipulations diverses dont ils font l’objet. Pour autant, l’accès à la matérialité des objets textuels par le numérique n’est pas la même que celle qui s’offre dans le face-à-face réel du chercheur avec l’objet-texte. Il y a ainsi, dans le monde de la recherche, un hiatus fort entre la séduction qu’exercent les nouveaux outils numériques et la conscience aiguë de la déperdition phénoménologique et herméneutique causée par la dématérialisation et la mise à distance d’objets d’études de plus en plus coupés du corps, outil aussi indispensable que l’esprit à une saisie correcte des objets. Il ne s’agit pas d’opposer « goût de l’archive » et pratiques numériques, qui n’ont rien d’incompatible et peuvent former un cercle vertueux de la recherche, mais de réfléchir, dans une triple perspective épistémologique, méthodologique et pratique, à la manière dont on peut appréhender, décrire et analyser la matérialité des objets à partir, malgré ou à l’aide de leurs substituts numériques.

Séance 2. Mardi 23 novembre. Invité : Jean-Luc Velay (CNRS, LNC), Marie Montant (AMU, LPC). Modération : Élodie Attia (CNRS, TDMAM).

La numérisation des textes a pour conséquence première leur aplatissement, là où la main du chercheur travaille avec des objets en trois dimensions. La séance discutera les possibilités des numérisations et reconstitutions 3D actuellement à l’étude, en particulier ce qu’elles apportent à l’étude des reliures. La séance fera aussi intervenir des chercheurs en neurosciences cognitives et en psychologie cognitive, qui travaillent sur le rôle que les informations transmises par les mouvements de manipulation du livre imprimé jouent dans la compréhension d’un récit par le truchement du repérage dans l’espace du texte.

 

 

 

 

 

 

À propos du livre de Franz Staller, Kritische Edition und sprachhistorische Analyse der Innsbrucker Fragmente eines hebräisch – altfranzösischen Bibelglossars (ULB Tirol, Frg. B9), Studia Verlag, Innsbruck, 2019, 398 p., ISBN 978-3-903030-76-3

Élodie Attia

Franz Staller propose ici un ouvrage aussi riche que passionnant et fort utile : une édition critique et une analyse historico-linguistique des fragments d’un ancien glossaire biblique médiéval hébreu-ancien français en caractères hébraïques produit en Champagne du Sud avant 1300. L’ouvrage relève des études bibliques médiévales et des lexicologies romane et hébraïque. Il vient enrichir la recherche sur la question des langues utilisées par les médiévaux (chrétiens et juifs) en France du Nord au Moyen Âge pour étudier et comprendre la Bible en caractères hébraïques.  Suite à la découverte de quatre fragments inédits préservés la bibliothèque universitaire et régionale de Innsbruck (Autriche) (ULB Tirol, Frg. B 9), l’a. présente une partie d’un glossaire de type « exégétique » (p. 29) qui aurait été produit avant le 14e siècle en France du Nord (Tsarfat dans les sources hébraïques).  D’abord, l’ouvrage introduit le lecteur aux différentes méthodes d’étude des glossaires connus jusqu’ici et élabore de façon pertinente la question de leur signification et fonction (Sitz im Leben). Ces outils pédagogiques sont souvent liés à un cadre scolaire d’apprentissage de la Bible et associent langue sacrée hébraïque biblique (classique) et langue profane des gloses en ancien français (le’azim) auquel le célèbre R. Salomon ben Isaac de Troyes, (« Rachi », 1040-1105) a lui-même tant recours dans son commentaire littéral de la Bible. La floraison de ces outils s’explique par le rayonnement des communautés juives champenoises dans une région dynamisée par ses foires internationales. Les nombreuses sources existantes comparables (listes des glossaires complets ou quasi complets, des glossaires à l’état fragmentaire, et des glossaires alphabétiques connus à ce jour) sont également signalées permettant de constater leur importance dans le champ disciplinaire. Dans une deuxième partie (p. 27-53), l’a. décrit chaque fragment hébreu et édite de façon minutieuse systématiquement en trois colonnes (contre deux habituellement). La colonne A présente le lemme hébraïque (210 termes tous issus des Psaumes et des Proverbes), la colonne B, la glose en ancien français (pour 179 des cas), et la colonne C,une ou deux citations illustrant le sens du terme biblique noté en colonne A. La plus grande partie de l’ouvrage (p. 55 -301) contient une analyse linguistique poussée qui concerne autant les termes d’hébreu biblique que ceux du « moyen hébreu » (défini par l’a. comme un mélange d’hébreu mishnique et d’hébreu médiéval), de l’araméen et évidemment de l’ancien français. Il décrit entre autres les variantes orthographiques, les objectifs de didactique linguistique implicites, les ambiguïtés sémantiques, les polysémies. Au total, 27% des entrées du glossaire sont des hapax legomena ou termes uniques dans la bible hébraïque, 50% sont des homonymes et 30% des homographes. Dans le cas des hapax, la tradition orale et exégétique prend le relais afin d’identifier la racine et rendre possible son explication. On observera aussi que 25% des interprétations sont conformes à l’exégèse contemporaine quand 36% ne le sont pas, pour la plupart illustrant l’influence forte de Rachi. Les 17% d’allogloses montrent le rôle sans doute herméneutique ou interprétatif des gloses. En outre, ce glossaire illustre le travail important et nécessaire des « compilateurs » au cours des générations : 67% des lemmes relèvent de versets de la bible hébraïque et 24% du commentaire biblique de Rachi, et dans d’autres proportions d’autres commentateurs juifs, démontrant ainsi la fonction exégétique et pédagogique de l’ouvrage. Par exemple, l’entrée 105 présente le terme biblique הגא haga’ (Ps. 90,9, d’ailleurs citée dans le commentaire de Rachi), signifiant ici dans le contexte « un mot » ; le terme ancien français suivant étant פרולא parolé  « parole, mot » ; la dernière colonne citant d’abord Jos. 1,8 avec והגית בו we-hagita bo expression fréquente dans les colophons manuscrits hébreux et signifiant à propos du texte biblique « et que tu le médites », puis l’expression כמו׳ דיבור kemo dibbur comme « un mot », homonyme provenant de nouveau du commentaire de Rachi. Les transcriptions de l’ancien français en caractères hébraïques dont les voyelles et diphtongues sont rendues par les matres lectionis conduisent à montrer une compilation de termes datant d’entre 842 et 1330 (p. 336-338). L’a. localise avec certitude les fragments d’Innsbrück comme provenant de Champagne du Sud (Langue d’oïl) avec une série de particularités, parmi lesquelles 13 mots spécifiques du judéo-français (le tsarfatit) dont la proximité avec la langue commune confirme la thèse de M. Banitt contre celle de Blondheim-Weinreich au sujet du judéo-français. Banitt définit ce dernier de « langue fantôme » : les juifs de France du Nord avaient certes une existence culturelle et religieuse propre mais les glossaires montrent qu’ils étaient linguistiquement assimilés à leur environnement. La dernière partie détaille le contexte historico-politique en Champagne de l’an Mille et d’un judaïsme champenois florissant jusqu’à sa fin, scellée par l’expulsion des Juifs du Royaume de France en 1394. Ces gloses en ancien français sont extrêmement précieuses car elles attestent et documentent historiquement la réception du texte biblique au Moyen Âge, la compréhension et la langue dans laquelle les juifs médiévaux communiquaient à son sujet.

(Paru dans la revue ETR, 2021, p. 275-276).

Retour sur l’école de printemps « La Main et l’Écrit » 20-24 Mai 2019

Les journées des 20 au 24 mai 2019 ont vu se tenir à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence, France), l’Atelier Thématique d’Études doctorales « La Main et l’Écrit ». Circulation formelle et informelle des savoirs et techniques de l’écrit de l’Antiquité au 17e siècle. Supports, graphies, édition et étude de corpus.

Coordonnés par Élodie Attia (TDMAM, responsable du projet ANR MBH) et Anne Mailloux (LA3M), avec le soutien du LabexMed, de l’IREMAM, et des ED 354 et 355 de l’Université d’Aix-Marseille, ces journées d’atelier ont été une belle occasion d’échanger autour des pratiques de l’écrit en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne.  Cette école de printemps qui prolongeait sur une semaine un atelier doctoral à Aix-Marseille Université mis en place depuis 2017 a réussi à être un lieu d’échange, de construction et de réflexion méthodologique et épistémologique sur ces questionnements au prisme de la Méditerranée entre Antiquité et Modernité. 

Le principe pédagogique de l’atelier était de lier autant que possible théorie et pratique de terrains en bibliothèques et archives en mettant les étudiants en situation pour susciter questionnements et croisements interdisciplinaires, ainsi que de permettre aux participants de présenter l’avancée de leurs travaux. Les sorties organisées dans les institutions de la région (BMVR Marseille, Archives Départementales, Inquimbertine de Carpentras) nous ont permis d’examiner, au prisme d’exemples concrets et variés, (codices, documents d’archives, complets ou fragmentaires, imprimés, volumina liturgiques), d’évoquer à la fois des techniques et des pratiques de l’écrit, et également les méthodologies qui permettent de les étudier et de les analyser de même que les modalités d’échanges culturels possibles dans l’espace méditerranéen.

Les doctorants provenant d’horizon divers (Histoire, Langue, Philosophie, Histoire du Livre, Littérature, Edition, Histoire des collections) ont porté des regards croisés de qualité et échangé avec les invités, eux-mêmes spécialistes de différentes régions et cultures méditerranéennes (latin, ancien français, grec, hébreu, arabe ottoman). Il est à noter que les intervenants étaient eux-mêmes dans une situation d’échange et de dialogue avec les doctorants, sans ressentir de hiérarchisation des approches et des savoirs.

Une initiation aux questions numériques (Reconstitution virtuelle de documents, paléographie numérique avec le logiciel Graphoskop (Maria Gurrado – Elodie Attia) a été offerte.

Déroulé de l’atelier

La formation s’est déroulée sur 4 jours et demi, à Aix-en-Provence et Marseille selon le calendrier suivant :

1.    Une journée de prise de connaissance et d’introduction à l’école et sa méthodologie.

2.    Une matinée à Marseille, en Archives départementales où nous avons visité le fonds d’archives et échangé autour des questions posées par les registres de notaires et d’enquêtes

3. Un après midi d’atelier d’humanités numériques (3D et Paléographie numérique).

4.    Une journée à Marseille, aux Archives Municipales et à la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de l’Alcazar dédiée à des approches croisées :

  • Histoire des délibérations de Marseille
    • Histoire des sciences
    • Histoire de la transmission du texte biblique hébreu et latin
    • Encyclopédie médiévale de langue française

4.    Une journée à Aix (Bibliothèque Municipale Méjanes / MMSH) avec 

  • La cartographie et récits de voyage
    • Approche de manuscrits islamiques et arabes
    • Histoire des bibliothèques et réception du Moyen Age à l’époque moderne.

5. Une dernière matinée a été l’occasion, pour chaque participant, de présenter un poster de restitution sur l’apport de l’atelier dans sa recherche personnelle. La méthodologie du poster aura été abordée.

Une édition couronnée de succès qui attend, sans aucun doute, d’être renouvelée.

Listes des encadrants:

  • Elodie Attia (TDMAM – Univ. AMU)
  • Javier del Barco (CSIC Madrid)
  • Claude Denjean (CRESEM – Univ. Perpignan)
  • Sébastien Douchet (Cielam – Univ. AMU)
  • Maria Gurrado (IRHT – CNRS, Paris)
  • Anne Mailloux (LA3M Univ. AMU)
  • Brigitte Marino (IREMAM – Univ. AMU)
  • Martin Morard (IRHT – CNRS, Paris)
  • Valérie Naudet (CIELAM – Univ. AMU)
  • Léo Pascal (Projet ANR MBH – Univ. AMU)
  • François Otchakovsky-Laurens (Université Paris-Diderot).
  • Patricia Zuntow (Chargée de communication, TDMAM – CNRS)

Book : The Bible in Byzantium

https://www.vandenhoeck-ruprecht-verlage.com/themen-entdecken/geschichte/religionsgeschichte/27626/the-bible-in-byzantium

The Bible in Byzantium

The Bible is the foundational text for the Byzantine Empire. The papers of this volume explore its reception through appropriation, adaptation and interpretation as articulated in all aspects of Byzantine society. Several sessions at the ISBL held in Vienna, 6 to 10 July 2014 on ‘The Reception of the Bible in Greco-Roman Tradition,’ ‘The Bible between Jews and Christians in Byzantium,’ ‘Biblical Scholarship in Byzantium,’ and ‘Biblical Foundations of Byzantine Identity and Culture’ built the basis of this volume.

Various angles shed light on the Byzantine experience of the Bible. The wide range of source materials that inform the contributions to this volume—from manuscripts and military handbooks to lead seals and pilgrim guides— allows insights into a vivid liturgical tradition, which shapes Orthodox Christianity up today. As a thoroughly Christianized society, the Bible had sunk deep into the cultural DNA of Byzantium. The volume shows the multitude of strategies for the engagement with the Biblical text and the manifold ways in which the Bible message was experienced, articulated and brought to life on a daily basis.