À propos du livre d’Annett Martini, ›Arbeit des Himmels‹ Jüdische Konzeptionen rituellen Schreibens in der europäischen Kultur des Mittelalters, Studia Judaica, 115, De Gruyter, Berlin/Boston, 2022. ISBN 978-3110721904

Par Élodie Attia, Aix Marseille Univ, CNRS, TDMAM, Aix-en-Provence, France

Cet ouvrage présenté ici mène une recherche originale sur un artefact médiéval qui a été longtemps considéré comme a-historique : le rouleau liturgique hébreu (Sefer Torah) contenant le Pentateuque de la Bible et utilisé dans les synagogues pour la liturgie publique. L’a. propose de l’approcher comme un phénomène particulier de la tradition écrite juive autant d’un point de vue de la production matérielle de l’écrit que d’un point de vue théologique et social. De tous les écrits sacrés (rouleaux, megillah et tefillin), aucun n’attire autant l’attention des autorités normatives rabbiniques que la production des rouleaux de Torah, et ce depuis l’Antiquité tardive, preuve d’une idéalisation prononcée et d’une théorisation de l’objet. L’a. a choisi d’étudier le rouleau produit au Moyen Âge en monde ashkénaze, en France et en Allemagne, participant du renouveau des études de la dernière décennie sur les bibliques médiévales de ces espaces.

Continuer la lecture

À propos du livre de Franz Staller, Kritische Edition und sprachhistorische Analyse der Innsbrucker Fragmente eines hebräisch – altfranzösischen Bibelglossars (ULB Tirol, Frg. B9), Studia Verlag, Innsbruck, 2019, 398 p., ISBN 978-3-903030-76-3

Élodie Attia

Franz Staller propose ici un ouvrage aussi riche que passionnant et fort utile : une édition critique et une analyse historico-linguistique des fragments d’un ancien glossaire biblique médiéval hébreu-ancien français en caractères hébraïques produit en Champagne du Sud avant 1300. L’ouvrage relève des études bibliques médiévales et des lexicologies romane et hébraïque. Il vient enrichir la recherche sur la question des langues utilisées par les médiévaux (chrétiens et juifs) en France du Nord au Moyen Âge pour étudier et comprendre la Bible en caractères hébraïques.  Suite à la découverte de quatre fragments inédits préservés la bibliothèque universitaire et régionale de Innsbruck (Autriche) (ULB Tirol, Frg. B 9), l’a. présente une partie d’un glossaire de type « exégétique » (p. 29) qui aurait été produit avant le 14e siècle en France du Nord (Tsarfat dans les sources hébraïques).  D’abord, l’ouvrage introduit le lecteur aux différentes méthodes d’étude des glossaires connus jusqu’ici et élabore de façon pertinente la question de leur signification et fonction (Sitz im Leben). Ces outils pédagogiques sont souvent liés à un cadre scolaire d’apprentissage de la Bible et associent langue sacrée hébraïque biblique (classique) et langue profane des gloses en ancien français (le’azim) auquel le célèbre R. Salomon ben Isaac de Troyes, (« Rachi », 1040-1105) a lui-même tant recours dans son commentaire littéral de la Bible. La floraison de ces outils s’explique par le rayonnement des communautés juives champenoises dans une région dynamisée par ses foires internationales. Les nombreuses sources existantes comparables (listes des glossaires complets ou quasi complets, des glossaires à l’état fragmentaire, et des glossaires alphabétiques connus à ce jour) sont également signalées permettant de constater leur importance dans le champ disciplinaire. Dans une deuxième partie (p. 27-53), l’a. décrit chaque fragment hébreu et édite de façon minutieuse systématiquement en trois colonnes (contre deux habituellement). La colonne A présente le lemme hébraïque (210 termes tous issus des Psaumes et des Proverbes), la colonne B, la glose en ancien français (pour 179 des cas), et la colonne C,une ou deux citations illustrant le sens du terme biblique noté en colonne A. La plus grande partie de l’ouvrage (p. 55 -301) contient une analyse linguistique poussée qui concerne autant les termes d’hébreu biblique que ceux du « moyen hébreu » (défini par l’a. comme un mélange d’hébreu mishnique et d’hébreu médiéval), de l’araméen et évidemment de l’ancien français. Il décrit entre autres les variantes orthographiques, les objectifs de didactique linguistique implicites, les ambiguïtés sémantiques, les polysémies. Au total, 27% des entrées du glossaire sont des hapax legomena ou termes uniques dans la bible hébraïque, 50% sont des homonymes et 30% des homographes. Dans le cas des hapax, la tradition orale et exégétique prend le relais afin d’identifier la racine et rendre possible son explication. On observera aussi que 25% des interprétations sont conformes à l’exégèse contemporaine quand 36% ne le sont pas, pour la plupart illustrant l’influence forte de Rachi. Les 17% d’allogloses montrent le rôle sans doute herméneutique ou interprétatif des gloses. En outre, ce glossaire illustre le travail important et nécessaire des « compilateurs » au cours des générations : 67% des lemmes relèvent de versets de la bible hébraïque et 24% du commentaire biblique de Rachi, et dans d’autres proportions d’autres commentateurs juifs, démontrant ainsi la fonction exégétique et pédagogique de l’ouvrage. Par exemple, l’entrée 105 présente le terme biblique הגא haga’ (Ps. 90,9, d’ailleurs citée dans le commentaire de Rachi), signifiant ici dans le contexte « un mot » ; le terme ancien français suivant étant פרולא parolé  « parole, mot » ; la dernière colonne citant d’abord Jos. 1,8 avec והגית בו we-hagita bo expression fréquente dans les colophons manuscrits hébreux et signifiant à propos du texte biblique « et que tu le médites », puis l’expression כמו׳ דיבור kemo dibbur comme « un mot », homonyme provenant de nouveau du commentaire de Rachi. Les transcriptions de l’ancien français en caractères hébraïques dont les voyelles et diphtongues sont rendues par les matres lectionis conduisent à montrer une compilation de termes datant d’entre 842 et 1330 (p. 336-338). L’a. localise avec certitude les fragments d’Innsbrück comme provenant de Champagne du Sud (Langue d’oïl) avec une série de particularités, parmi lesquelles 13 mots spécifiques du judéo-français (le tsarfatit) dont la proximité avec la langue commune confirme la thèse de M. Banitt contre celle de Blondheim-Weinreich au sujet du judéo-français. Banitt définit ce dernier de « langue fantôme » : les juifs de France du Nord avaient certes une existence culturelle et religieuse propre mais les glossaires montrent qu’ils étaient linguistiquement assimilés à leur environnement. La dernière partie détaille le contexte historico-politique en Champagne de l’an Mille et d’un judaïsme champenois florissant jusqu’à sa fin, scellée par l’expulsion des Juifs du Royaume de France en 1394. Ces gloses en ancien français sont extrêmement précieuses car elles attestent et documentent historiquement la réception du texte biblique au Moyen Âge, la compréhension et la langue dans laquelle les juifs médiévaux communiquaient à son sujet.

(Paru dans la revue ETR, 2021, p. 275-276).

Colloque 8-9 novembre 2018 / MMSH Aix / Manuscrits bibliques médiévaux de la Tamise à l’Euphrate: textes, paratextes, usages et fonctions

Mis en avant

Après le colloque de juin 2016 “Research Approaches in Hebrew Bible Manuscripts studies”, cette nouvelle rencontre à la MSSH d’Aix-Marseille Université explorera les bibles médiévales hébraïques, grecques, latines, arabes, en partenariat avec le projet ANR MBH du TDMAM et l’ERC ParaText BIb (LMU Munich).

Expérimentation de numérisation 3D dans le cadre du projet ANR MBH, Décembre 2017-en cours

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France, (PI sur le projet ANR MBH) et Pascal, Léo, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France (IE sur le projet ANR MBH)

Le projet MBH dédié aux bibles hébraïques médiévales a eu plusieurs gros développements récents dont un mérite qu’on y dédie un billet. Depuis décembre 2017, une expérimentation a été menée en direction de la numérisation 3D de manuscrits bibliques hébreux pour laquelle un article (“Est-il possible d’étudier la matérialité des manuscrits médiévaux et leurs significations à l’ère du numérique ?”) a été soumis à la nouvelle francophone Revue Humanités Numériques (en attente d’acceptation)

Continuer la lecture

Bases et projets de recensement de manuscrits, autour du colloque Census (Paris, Octobre 2017)

Les 12 et 13 octobre 2017 ont vu se tenir, dans la continuité de la conférence “Manuscript ID” d’Avril 2017, le colloque CENSUS à l’occasion des 80 ans de l’IRHT. L’occasion d’explorer et d’échanger sur les pratiques actuelles et les problèmes rencontrés par les chercheurs et les institutions dans le développement d’outils numériques autour des manuscrits à cataloguer, recenser ou analyser. (Voir programme et comptes rendus par M. Cassin ici et ).

En ce qui concerne le projet scientifique ANR MBH, ce dernier partage de nombreuses problématiques soulevées par les interventions de ce colloque: par son approche thématique (manuscrit portant du texte biblique), il doit développer un outil d’analyse à la croisée entre différentes base de données existantes, par exemple, avec la base de manuscrits datés Sfardata et la base de fragments Books within Books. Ces outils généralistes répertorient ou décrivent dans des granularités différentes tous types de manuscrits hébreux (datés pour Sfardata et non-datés pour BWB) et ne sont pas interopérables entre eux.

Le projet ANR MBH développe actuellement une base de données qui est pensée comme un outil d’analyse transversal et collaboratif sur les manuscrits bibliques hébraïques médiévaux.[1] Davantage centrée sur la relation entre le texte et sa matérialisation (forme et fonctions du Livre-Objet) que sur une perspective éditoriale bien qu’elle ne la rende pas impossible, la base d’analyse de données MBH doit permettre de compiler puis d’analyser les caractéristiques codicologiques, paléographiques, les traditions scribales et historiques des manuscrits médiévaux portant du texte biblique hébraïque, datés ou non, complets ou fragmentaires, produits en Angleterre, France du Nord, Allemagne et Italie du Nord avant 1300. Les bibles produites dans ces régions ont été plus souvent négligées que d’autres, en particulier parce que jugées “moins bonnes” sur le plan philologique que celles du monde séfarade espagnol. Les informations compilées dans la base d’analyse MBH proviennent, à l’instar du projet sur les manuscrits syriaques e-ktobe, de sources secondaires jugées fiables (par exemple articles, monographies, base de données existantes) mais également d’étude directe en bibliothèque des manuscrits. Faut-il le rappeler: la grande majorité des bibles hébraïques médiévales actuellement conservées sont non datées.

Le but du projet MBH est de rassembler des données fiables ou d’en produire sur des manuscrits qui n’ont jamais été décrits pour mettre en relation de façon systématique toutes les données et obtenir 1) une image affinée de ce qu’était probablement la Bible au XIIe et XIIIe siècle en Europe occidentale, 2) une typologie des manuscrits bibliques produits à cette période et 3) comment ces manuscrits étaient utilisés, qu’elle était leurs fonctions et rôles culturels, réels ou symboliques. Le défi à relever est fondamental, à la fois pour une connaissance enfin approfondie du phénomène de la “Bible hébraïque” en Europe Occidentale au Moyen Âge que pour le développement d’études sur le rôle actif qu’ont pu jouer les manuscrits hébreux sur la forme de la bible latine médiévale. Rappelons, à cet effet, les travaux de P. Saenger[2] et les remarques critiques de Morard[3] à cet égard qui rappellent l’importance fondamentale qu’ont joué les manuscrits hébreux dans ces contextes et appellent, à leur façon, à une étude systématique des bibles hébraïques médiévales.

Élodie Attia

[1] Javier del Barco, porteur du projet LEGARAD au CSIC, Madrid, sera en résidence à l’IMéRa en 2018 et la collaboration avec le projet MBH sera riche. Un projet d’intéropérabilité est à l’étude avec le projet Textual History of the Bible (Armin Lange) concernant les Bibles hébraïques médiévales. D’autres collaborations sont possibles et envisagées.

[2] Je remercie ma collègue Chiara Ruzzier de m’avoir orientée vers ces travaux. Paul Saenger, “The Anglo-Hebraic Origins of the Modern Chapter Division of the Latin Bible,” in La fractura historiográfica: las investigaciones de Edad Media y Renacimiento desde el tercer milenio, ed. Francisco Javier Burguillo and Laura Mier (Salamanca, Espagne: Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas/Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas, 2008), 177–202; Paul Saenger, “Jewish Liturgical Divisions of the Torah and the English Chapter Divisions of the Vulgate Attributed to Stephen Langton,” in Pesher Nahum: Texts and Studies in Jewish History and Literature from Antiquity to the Middle Ages Presented to Norman Golb, ed. J. L. Kraemer and M. Wechsler, Studies in Ancient Oriental Civilization 66 (Chicago, 2012 (Chicago, 2012); Paul Saenger, “The Twelfth-Century Reception of Oriental Languages and the Graphic Mise En Page of Latin Vulgate Bibles Copied in England,” in Form and Function in the Late Medieval Bible, ed. Eyal Poleg and Laura Light, vol. volume 4, The Manuscript World (Boston: Brill, 2013), 31–66.

[3] Martin Morard, “Paris : « Étienne Langton (†1228) Prédicateur, Bibliste et Théologien »,” Bulletin de Philosophie Médiévale 49 (January 1, 2007): 256–71, https://doi.org/10.1484/J.BPM.2.305774.

Le projet ANR MBH, entre méthode traditionnelle et méthode quantitative

Mis en avant

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

*Ce billet (version2) fait suite à la rencontre de collègues travaillant par analyse quantitative sur les manuscrits et les incunables, dont les travaux ont été présentés dans le cadre de l’école d’été “Le Livre médiéval au regard des méthodes quantitatives (12-16 juin 2017, Paris)”.[1] Je remercie Javier del Barco, François Foronda, Anne Mailloux et Chiara Ruzzier qui m’ont fait part de leurs réactions à la lecture de celui-ci.

Le projet MBH a pour objet l’étude d’un corpus d’au minimum une centaine de manuscrits bibliques hébreux produits avant 1300 et en monde Ashkénaze. L’objectif est de mieux connaître, à connaître à partir d’une analyse systématique basée sur un corpus dépassant 30 items (limite souvent pratiquée actuellement[2]), les grandes caractéristiques générales et les grands types de bibles hébraïques produites en Occident Médiéval. Il est un fait qu’aucune étude systématique n’a jamais été entreprise concernant les Bibles hébraïques médiévales[3]. Au XXIe siècle, alors que les bibles numérisées sur Internet sont nombreuses et disponibles aisément, et qu’un regain d’intérêt sur les bibles tardives est perceptibles[4], on ne sait pas caractériser les bibles hébraïques médiévales alors que ce sont les témoins par excellence des traditions et innovations qui sont au cœur du processus de production du livres[5].

Partant d’un corpus volontairement réduit (entre 100 et 200 manuscrits produits avant  en monde juif dit ‘ashkénaze’), le projet ANR a pour objectif de préparer le terrain à une enquête historique de longue haleine, à la fois, jusqu’en 1500 dans le(s) monde(s) ashkénaze(s), mais également de rendre pensables et faisables des comparaisons avec ce qui se produit dans d’autres aires géoculturelles du monde juif médiéval, à savoir, en monde séfarade, provençal, italien, byzantin et oriental.

Présentés ainsi, les objectifs du projet ANR MBH semblent clairement relever de « l’analyse quantitative ». Or cette analyse ne fait pas l’unanimité dans le monde de la recherche. Cet article a pour objectif de situer le projet ANR entre approche traditionnelle et approche quantitative, dans le but ultime de mieux connaître l’objet–livre Bible et son texte si charismatique de l’Histoire du Livre et de la culture.

***

Continuer la lecture

Bibles écrites et bibles prononcées : réflexions partagées suite au Hebrew Vocalization Workshop 2017 de Cambridge

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

(Document de travail, rapport d’événement)

Le workshop qui s’est déroulé à Cambridge (19 mai 2017) sous l’égide de Geoffrey Khan, Regius Professor of Hebrew, University of Cambridge (UK), a rassemblé essentiellement des linguistes et spécialistes de la grammaire et de la prononciation de l’hébreu, mais aussi des historiens de la langue hébraïque, des historiens du texte et des codicologues et paléographes.

Continuer la lecture

Quelques réflexions sur “Le catalogue du futur? (https://mbh.hypotheses.org/423)”

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

Dans le cadre de la mise en oeuvre du projet MBH démarré en septembre 2016, l’exposé de Javier del Barco (publié ici dans son intégralité https://mbh.hypotheses.org/423) amène à réagir sur plusieurs points.

Le projet MBH a pour but d’analyser de façon systématique et pour la première fois une centaine de manuscrits bibliques ashkénazes hébreux produits jusqu’à environ 1300. Un outil d’aide à l’analyse est en cours de développement, mais celui-ci n’est pas un catalogue numérique comme Javier del Barco a pu nous le présenter : il s’agit d’une base de données conçue comme un outil de recherche quantitative permettant le regroupement de sources et d’informations de différentes natures et de provenance diverses, par exemple, des descriptions de catalogues papier, des notices numériques (type Archives BNF, ou celles de la BL), des données publiques publiées par d’autres bases de données (Sfardata, BWB), et enfin des données issues de la recherche et d’examens personnels faits directement sur les manuscrits dans le cadre du projet MBH. Toutes ces données doivent être regroupées et surtout évaluées dans le but d’élaborer une typologie des manuscrits bibliques produits en un temps et en une période donnée (ici Ashkénaze jusqu’à 1300 environ). Elles seront également mises en ligne, à disposition de la communauté scientifique. Elles pourront aider, le temps voulu, et si des volontés se manifestent en symbiose, à l’édition d’un catalogue.

Continuer la lecture

Le catalogue du futur ? Bases de données, métadonnées et enjeux scientifiques dans l’étude des manuscrits hébraïques

Javier del Barco (chercheur à l’Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo, du Consejo Superior de Investigaciones Científicas – CSIC, Madrid).

La présentation publiée ci-après a été faite dans le cadre du projet ANR ACHN 2016 MBH et du séminaire du Centre Paul-Albert Février, le 13 décembre 2016, de 16h à 18h, à la MMSH d’Aix-en-Provence. 

***

Aujourd’hui, le catalogage de manuscrits est en pleine transformation. Le développement disciplinaire de la codicologie depuis les années cinquante du dernier siècle a posé de nombreuses questions sur la production de manuscrits et a apporté plusieurs approches à leur étude en traversant les limites imposées par les disciplines : objet multiforme, le manuscrit se prête bien à une étude globale, soit matériel, soit textuelle, soit historique. Selon les questions posées et selon l’objet de la recherche sur le manuscrit, des approches quantitatives, comparatives, contextuelles, et structurelles sont possibles et nous permettent d’étudier sous différents angles la production, l’utilisation, la circulation et le collectionnisme de ce qui est l’objet de nos recherches, le manuscrit médiéval.

À ce développement des approches méthodologiques, l’arrivée de l’informatique et son application à l’étude des manuscrits médiévaux, a constitué un énorme potentiel pour la recherche et a changé drastiquement nos manières de travailler et d’envisager les résultats. Ce n’est pas un fait spécifique dans l’étude des manuscrits, mais un phénomène global dans les Sciences Humaines, et dont l’apparition des Humanités Numériques en atteste l’ampleur et l’importance.

Mais qu’est-ce que cette transformation signifie aujourd’hui lorsque nous envisageons d’écrire un catalogue de manuscrits ? À quelles questions devons-nous essayer de répondre ? Quels sont les enjeux scientifiques propres à un catalogue de manuscrits ? À quoi le catalogue, pour qui, comment ? Et la question qui nous intéresse ici de façon particulière, comment intégrer, dans notre travail, le potentiel que nous offre l’informatique pour résoudre nos questions ?

Continuer la lecture

Suite à une consultation de manuscrits latins à la BMVR de Marseille

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

Sur invitation de notre collègue Valérie Naudet, professeure de Lettres à Aix-Marseille Université, membre du CIELAM, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235, j’ai assisté à une séance de consultation de manuscrits latins à la BMVR de l’Alcazar dans le cadre d’un séminaire de Master 1 et 2 en Lettres Modernes.

Avec l’autorisation des conservateurs du fonds ancien de la BMVR, il a été possible d’observer une encyclopédie médiévale copiée au XIVe siècle, Sidrac ou le Livre de la fontaine de toutes sciences, (roman philosophique anonyme écrit en français à la fin du XIIIe siècle), un livre d’Heures à l’usage de Thérouanne (XIIIe siècle) à savoir un livre liturgique destiné aux fidèles catholiques laïcs, en l’occurrence ici, le commanditaire était une femme, et un autre livre d’Heures à l’usage de Troyes (XVe siècle).

Continuer la lecture