Le projet ANR MBH, entre méthode traditionnelle et méthode quantitative?

Mis en avant

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

*Ce billet (version2) fait suite à la rencontre de collègues travaillant par analyse quantitative sur les manuscrits et les incunables, dont les travaux ont été présentés dans le cadre de l’école d’été « Le Livre médiéval au regard des méthodes quantitatives (12-16 juin 2017, Paris) ».[1] Je remercie Javier del Barco, François Foronda, Anne Mailloux et Chiara Ruzzier qui m’ont fait part de leurs réactions à la lecture de celui-ci.

Le projet MBH a pour objet l’étude d’un corpus d’au minimum une centaine de manuscrits bibliques hébreux produits avant 1300 et en monde Ashkénaze. L’objectif est de mieux connaître, à connaître à partir d’une analyse systématique basée sur un corpus dépassant 30 items (limite souvent pratiquée actuellement[2]), les grandes caractéristiques générales et les grands types de bibles hébraïques produites en Occident Médiéval. Il est un fait qu’aucune étude systématique n’a jamais été entreprise concernant les Bibles hébraïques médiévales[3]. Au XXIe siècle, alors que les bibles numérisées sur Internet sont nombreuses et disponibles aisément, et qu’un regain d’intérêt sur les bibles tardives est perceptibles[4], on ne sait pas caractériser les bibles hébraïques médiévales alors que ce sont les témoins par excellence des traditions et innovations qui sont au cœur du processus de production du livres[5].

Partant d’un corpus volontairement réduit (entre 100 et 200 manuscrits produits avant  en monde juif dit ‘ashkénaze’), le projet ANR a pour objectif de préparer le terrain à une enquête historique de longue haleine, à la fois, jusqu’en 1500 dans le(s) monde(s) ashkénaze(s), mais également de rendre pensables et faisables des comparaisons avec ce qui se produit dans d’autres aires géoculturelles du monde juif médiéval, à savoir, en monde séfarade, provençal, italien, byzantin et oriental.

Présentés ainsi, les objectifs du projet ANR MBH semblent clairement relever de « l’analyse quantitative ». Or cette analyse ne fait pas l’unanimité dans le monde de la recherche. Cet article a pour objectif de situer le projet ANR entre approche traditionnelle et approche quantitative, dans le but ultime de mieux connaître l’objet–livre Bible et son texte si charismatique de l’Histoire du Livre et de la culture.

***

Lire la suite

Bibles écrites et bibles prononcées : réflexions partagées suite au Hebrew Vocalization Workshop 2017 de Cambridge

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

(Document de travail, rapport d’événement)

Le workshop qui s’est déroulé à Cambridge (19 mai 2017) sous l’égide de Geoffrey Khan, Regius Professor of Hebrew, University of Cambridge (UK), a rassemblé essentiellement des linguistes et spécialistes de la grammaire et de la prononciation de l’hébreu, mais aussi des historiens de la langue hébraïque, des historiens du texte et des codicologues et paléographes.

Lire la suite

Quelques réflexions sur « Le catalogue du futur? (https://mbh.hypotheses.org/423) »

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

Dans le cadre de la mise en oeuvre du projet MBH démarré en septembre 2016, l’exposé de Javier del Barco (publié ici dans son intégralité https://mbh.hypotheses.org/423) amène à réagir sur plusieurs points.

Le projet MBH a pour but d’analyser de façon systématique et pour la première fois une centaine de manuscrits bibliques ashkénazes hébreux produits jusqu’à environ 1300. Un outil d’aide à l’analyse est en cours de développement, mais celui-ci n’est pas un catalogue numérique comme Javier del Barco a pu nous le présenter : il s’agit d’une base de données conçue comme un outil de recherche quantitative permettant le regroupement de sources et d’informations de différentes natures et de provenance diverses, par exemple, des descriptions de catalogues papier, des notices numériques (type Archives BNF, ou celles de la BL), des données publiques publiées par d’autres bases de données (Sfardata, BWB), et enfin des données issues de la recherche et d’examens personnels faits directement sur les manuscrits dans le cadre du projet MBH. Toutes ces données doivent être regroupées et surtout évaluées dans le but d’élaborer une typologie des manuscrits bibliques produits en un temps et en une période donnée (ici Ashkénaze jusqu’à 1300 environ). Elles seront également mises en ligne, à disposition de la communauté scientifique. Elles pourront aider, le temps voulu, et si des volontés se manifestent en symbiose, à l’édition d’un catalogue.

Lire la suite

Le catalogue du futur ? Bases de données, métadonnées et enjeux scientifiques dans l’étude des manuscrits hébraïques

Javier del Barco (chercheur à l’Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo, du Consejo Superior de Investigaciones Científicas – CSIC, Madrid).

La présentation publiée ci-après a été faite dans le cadre du projet ANR ACHN 2016 MBH et du séminaire du Centre Paul-Albert Février, le 13 décembre 2016, de 16h à 18h, à la MMSH d’Aix-en-Provence. 

***

Aujourd’hui, le catalogage de manuscrits est en pleine transformation. Le développement disciplinaire de la codicologie depuis les années cinquante du dernier siècle a posé de nombreuses questions sur la production de manuscrits et a apporté plusieurs approches à leur étude en traversant les limites imposées par les disciplines : objet multiforme, le manuscrit se prête bien à une étude globale, soit matériel, soit textuelle, soit historique. Selon les questions posées et selon l’objet de la recherche sur le manuscrit, des approches quantitatives, comparatives, contextuelles, et structurelles sont possibles et nous permettent d’étudier sous différents angles la production, l’utilisation, la circulation et le collectionnisme de ce qui est l’objet de nos recherches, le manuscrit médiéval.

À ce développement des approches méthodologiques, l’arrivée de l’informatique et son application à l’étude des manuscrits médiévaux, a constitué un énorme potentiel pour la recherche et a changé drastiquement nos manières de travailler et d’envisager les résultats. Ce n’est pas un fait spécifique dans l’étude des manuscrits, mais un phénomène global dans les Sciences Humaines, et dont l’apparition des Humanités Numériques en atteste l’ampleur et l’importance.

Mais qu’est-ce que cette transformation signifie aujourd’hui lorsque nous envisageons d’écrire un catalogue de manuscrits ? À quelles questions devons-nous essayer de répondre ? Quels sont les enjeux scientifiques propres à un catalogue de manuscrits ? À quoi le catalogue, pour qui, comment ? Et la question qui nous intéresse ici de façon particulière, comment intégrer, dans notre travail, le potentiel que nous offre l’informatique pour résoudre nos questions ?

Lire la suite

Suite à une consultation de manuscrits latins à la BMVR de Marseille

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

Sur invitation de notre collègue Valérie Naudet, professeure de Lettres à Aix-Marseille Université, membre du CIELAM, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235, j’ai assisté à une séance de consultation de manuscrits latins à la BMVR de l’Alcazar dans le cadre d’un séminaire de Master 1 et 2 en Lettres Modernes.

Avec l’autorisation des conservateurs du fonds ancien de la BMVR, il a été possible d’observer une encyclopédie médiévale copiée au XIVe siècle, Sidrac ou le Livre de la fontaine de toutes sciences, (roman philosophique anonyme écrit en français à la fin du XIIIe siècle), un livre d’Heures à l’usage de Thérouanne (XIIIe siècle) à savoir un livre liturgique destiné aux fidèles catholiques laïcs, en l’occurrence ici, le commanditaire était une femme, et un autre livre d’Heures à l’usage de Troyes (XVe siècle).

Lire la suite