Retour sur la deuxième session « la graphie » de l’atelier doctoral « La Main et l’Écrit »

Par Amandine Idasiak, Aix-Marseille Université, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France.

Les 4 et 5 avril derniers a eu lieu la deuxième session de l’atelier doctoral « La Main et l’Écrit ». L’atelier doctoral inter-laboratoires « La Main et l’Écrit », coordonné par Élodie Attia (chargée de recherche, AMU / TDMAM) en relation avec deux Écoles doctorales d’AMU (ED 355 et 354).

Cet atelier a pour objectif d’initier les étudiants de l’Université d’Aix-Marseille (à partir du Master) à la diversité des techniques utilisées dans la production d’écrits de l’Antiquité au Moyen-Âge, jusqu’à l’invention de l’imprimerie. Cet atelier a pour particularité de combiner une partie théorique et une mise en pratique dans des archives ou bibliothèques partenaires de la région PACA. Succédant au premier volet, consacré aux « supports de l’écrit », cette deuxième session a été dédiée à « la graphie. Écrire, avec quoi, comment, pourquoi ? ».

Programme de la session © MBH

La première journée s’est déroulée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. La première intervention, présentée par Camille Guerin et Amandine Idasiak (Doctorantes AMU/ IREMAM), avait pour thématique l’épigraphie antique. Après une brève introduction à la discipline (diversité de la documentation et des supports épigraphiques), un historique et une description de la méthodologie de l’épigraphiste, nous nous sommes intéressés à deux types d’écritures épigraphiques : l’égyptien hiéroglyphique et le cunéiforme.

Initiation à l’épigraphie – MMSH © Léo Pascal

Camille Guerin, doctorante en Égyptologie, nous a initié à l’évolution de l’écriture dans l’Égypte pharaonique et notamment aux trois types de graphie : hiéroglyphique, hiératique et démotique. Elle a expliqué que « lorsqu’il est question d’égyptien hiéroglyphique, il est indispensable de distinguer l’égyptien qui est une langue, des hiéroglyphes qui ne sont qu’un système d’écriture. Les hiéroglyphes servirent d’une part à noter par écrit plusieurs états successifs de la langue égyptienne, d’autre part, l’égyptien fut noté, outre les hiéroglyphes, au moyen d’autres types d’écriture, parfois au cours du même état de langue ». Ainsi, on ne peut séparer les concepts d’état de langue et de systèmes d’écriture. L’écriture cunéiforme, contrairement à l’égyptien hiéroglyphique possède un statut bien plus complexe, car ce système d’écriture a servi à noter une multitude de langues, de familles linguistiques différentes. Créée en Basse-Mésopotamie vers 3500 avant J.-C., elle s’est diffusée dans tout le Proche-Orient ancien et a été utilisée pendant près de trois millénaires. La particularité de l’écriture cunéiforme est qu’elle a évolué d’un système pictographique vers un système abstrait de signes ayant la forme de petits clous, non pas par choix esthétique ou arbitraire mais par nécessité de s’adapter au matériau privilégié de l’écrit en Mésopotamie, à savoir l’argile. Cette initiation à l’épigraphie a ensuite été mise en pratique. Les étudiants ont alors pu s’essayer à la traduction de l’égyptien hiéroglyphique et à l’écriture cunéiforme sur de petites tablettes d’argile.

Exemple de tablette cunéiforme réalisée par les étudiants © Morgane Kernin

Dans la deuxième partie de la matinée, Élodie Attia nous a présenté les recherches réalisées dans le domaine de la paléographie hébraïque tandis que Brigitte Marino (Chargée de recherche CNRS / IREMAM) s’est intéressée à la paléographie arabe. Dans sa communication, Élodie Attia a rappelé l’importance de Colette Sirat, chercheuse à l’IRHT et directrice d’études à l’EPHE, pour la paléographie hébraïque. Elle a ensuite exposé les principales différences entre les types d’écritures hébraïques : ashkénaze (plus carré, puisqu’influencé par l’écriture gothique européenne), sépharade (plus ronde), mais également les écritures orientales et yéménites.

Exemple d’écritures ashkénaze (Lyon, BM, Ms. 5) et sépharade (Marseille, BM Alcazar, Ms. 1626) © Élodie Attia

Enfin, elle s’est intéressée à l’apport du numérique pour les études paléographiques, avec notamment le plug-in Graphoskop, développé par Maria Gurrado (Ingénieur de recherche CNRS / IRHT), qui fonctionne sur le logiciel ImageJ. Graphoskop est un outil informatique destiné à aider le paléographe dans l’analyse des écritures anciennes. Il permet de réaliser toute une série de mesures sur une écriture manuscrite à partir d’image numérique, ce qui permet ensuite au paléographe de réaliser une analyse comparative sur un corpus en appliquant des méthodes quantitatives.

Brigitte Marino a également réalisé un état de l’art sur la paléographie mais dans le contexte arabe en soulignant l’importance de François Déroche (Titulaire de la chaire « Histoire du Coran. Texte et transmission » au Collège de France) pour cette discipline. Dans la paléographie arabe, on distingue principalement deux types de graphies : l’écriture orientale et l’écriture maghrébine dite maghrebi. Le calame, instrument de l’écriture, n’est pas taillé de la même façon en Orient et au Maghreb et cette différence influe sur la graphie. En Orient on trouve une pointe en biseau, alors que le calame maghrébin sera taillé en pointe. Longtemps déconsidéré, le maghrebi a aujourd’hui gagné ses lettres de noblesse, au même titre que la calligraphie orientale. Dans sa présentation, Brigitte Marino a démontré que l’on trouve beaucoup de recommandations dans les sources médiévales arabes concernant la copie et les corrections des manuscrits. Elle précise, qu’à partir du Xe siècle on utilise des signes diacritiques pour différencier les signes homographes. Ce sont alors des véritables manuels d’éditions dans lesquels on insiste sur la nécessité de différencier les titres, en rouge, par des caractères plus gros, afin de clarifier la structure du texte. Aussi les scribes arabes insistent sur l’obligation de faire figurer toutes les abréviations qui sont utilisées en tête du manuscrit.

La communication de l’après-midi intitulée « La graphie latine dans les registres et documents d’archives : l’analyse de l’enquête Leopard », a été réalisée par Anne Mailloux (Maître de conférences, AMU / LA3M). L’enquête générale de Leopardo da Foligno est un observatoire privilégié pour la paléographie latine. C’est une opération commandée par Robert d’Anjou, roi de Naples et de Provence, qui demanda à un de ses proche Leopardo da Foligno, de monter une entreprise d’enquête. Leopardo et son équipe se rendirent donc en Provence en 1331 et organisèrent une visite de l’ensemble du territoire du comté de Provence en passant de chef-lieu de circonscription en chef-lieu de circonscription pour enregistrer des déclarations qui sont faites en public et sous serment. Les hommes convoqués devant les enquêteurs doivent répondre à des questions sur l’autorité du comte, les entrées financières, l’exploitation des terres et l’activité des officiers qui exercent leurs responsabilités pour représenter le roi-comte. Cette enquête constitue un observatoire privilégié pour les chercheurs car elle comporte 30 registres (≈ 3500 folios), qui sont réalisés entre octobre 1331 et avril 1334. En terme de support, on a identifié à peu près 40 types et variantes de papier. À partir du XIIIe siècle, va alors se développer un milieu de praticiens de l’administration qui vont mettre au point des techniques administratives spécifiques. Les scribes sont formés aux écritures techniques notariales, mais ont aussi une bonne connaissance des écritures de type livresques. À partir de la moitié du XIIIe siècle, en Italie, on voit apparaître des formes d’inventions documentaires : copie d’actes originaux qui vont vers l’élaboration de registres qui ne sont pas conçus comme des livres mais pour lesquels on va établir des techniques particulières (techniques d’assemblage, écriture, etc.). La question de la signification de ces écritures très disparates (écritures biffées, corrigées, effacées et de l’autre côté des écritures très normée, réglée) va alors se poser. À partir de la fin du XIIIe siècle, on invente des formes d’écriture, d’assemblage documentaires adaptés à l’émergence de procédures administratives, de gouvernance qui passent par un système d’administration écrite. Des stratégies documentaires et graphiques vont apparaître. Pour identifier les différentes mains, le paléographe va étudier les systèmes et les variations graphiques au sein d’un même document. Le paléographe va alors définir s’il s’agit d’une écriture segmentée (ex. : épigraphie grecque ou latine où les caractères sont séparés les uns des autres) ou ligaturées où on va lier les signes, dites aussi écritures cursives. Anne Mailloux rappelle qu’il existe une conception, une façon d’écrire différente selon que l’on écrive en écriture segmentée ou ligaturée.

Niveaux d’écriture latine. Cf. Géhin, P. (dir.) Lire le Manuscrit Médiéval, p. 90.

La deuxième étape consiste à étudier le rythme du ductus qui fait passer l’écriture de posée à hâtive. Dans ce cas, ce n’est plus la morphologie qui va évoluer mais bien le rythme du ductus qui va influer sur l’aspect de l’écriture. À l’intérieur d’un système graphique, dans une morphologie pratique, il y a des éléments qui sont ceux de la personnalité qui écrit, ce sont ces éléments que l’on va pouvoir appréhender. Il faut distinguer l’écriture documentaire et la fabrique documentaire. On ne peut pas aborder l’écriture sans comprendre aussi le contexte précis de fabrication du document lui-même.

La deuxième journée qui a eu lieu à Marseille, s’est déroulée en deux parties. Le matin, nous avons eu accès à différents manuscrits du fond ancien de l’Alcazar, présentés par les différents intervenants de l’atelier Élodie Attia (chargée de recherche, AMU / TDMAM) et Javier del Barco (chargé de recherche, CSIC / IMéRA) pour les manuscrits hébraïques, Valérie Gontero (Maître de conférences, AMU / CIELAM) et Sophie Astier (Responsable du Patrimoine de l’Alcazar) pour les manuscrits latins et Brigitte Marino (Chargée de recherche CNRS / IREMAM)  pour les manuscrits arabes.

La conservatrice Sophie Astier présentant des manuscrits latins aux étudiants dans la salle du fond ancien de l’Alcazar à Marseille © Léo Pascal

Les étudiants ont alors eu la chance de découvrir une partie de la richesse du fond ancien de l’Alcazar. Notamment une bible latine du XIe siècle écrite en caroline (caractère minuscule apparu au VIIIe siècle, sous l’impulsion de Charlemagne) et présentant une manicule (représentation d’un index tendu, originellement tracé en marge d’un manuscrit pour attirer l’attention du lecteur sur le passage en regard ou souligner son intérêt).

Exemple de manicule dans une bible latine en caroline – Ms. 1233 © Léo Pascal

Afin de pouvoir comparer l’écriture caroline et la gothique, la conservatrice a également mis à notre disposition une bible glosée en deux ensembles (Ms. 11 et 14) datant du XIVe siècle. Cette bible présente par ailleurs, une magnifique enluminure de l’Arche de Noé, ainsi qu’une mappemonde. Elodie Attia a rappelé l’existence de ce type d’iconographie en particulier micrographiée dans les manuscrits hébreux, notamment dans Ms. Vatican, BAV, Vat. Ebr. 14 (f. 7r) dont l’image a été publiée dans l’article Attia 2016, p. 16, article disponible sous HAL https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01394247.

Arche de Noé issue du Ms. 11 (Folio 31) et la version micrographiée du Ms. Vat.Ebr. 14, (Folio 7r) © Léo Pascal & Biblioteca Apostolica Vaticana

Folio 8 du Ms. 11 avec mappemonde enluminée © Initiale IRHT & Léo Pascal

Les manuscrits en caractères latins auxquels nous avons eu accès n’étaient cependant pas uniquement des bibles. Valérie Gontero nous également présenté le manuscrit de Sidrac (Ms. 733) qui est un ouvrage encyclopédique rédigé sous forme de questions / réponses durant le XIVe siècle. Ce manuscrit présente de très belles initiales filigranées.

Table des matières avec les questions du manuscrit de Sidrac (Ms. 733) © Initiale IRHT

La deuxième partie de la matinée, consacrée aux manuscrits hébraïques a été animée conjointement par Javier del Barco et Élodie Attia. Ils nous ont présenté la bible Ms. 1626 qui est une bible sépharade (de l’Espagne centrale, certainement Tolède) en trois volumes. Elle date des environs de 1250 et présente des pages décorées et des notes massorétiques. La Massore ou Massorah est un procédé technique, consistant en un système de notes critiques sur la forme externe du texte biblique. Ces notes avaient pour objectif la préservation exacte du texte biblique, tant dans l’orthographe des mots, que dans sa vocalisation et son accentuation. Ces bibles ont été numérisées en 3D par Léo Pascal (Ingénieur d’étude) dans cadre du projet ANR MBH, piloté par Elodie Attia.

Folio 3 du tome 3 du Ms. 1626 présentant des enluminures et plusieurs niveaux de textes en hébreu sépharade © Léo Pascal

Capture d’écran de la modélisation 3D d’une des bibles hébraïques sépharades de l’Alcazar © Léo Pascal

Enfin, Brigitte Marino, nous a présenté trois manuscrits du Coran (Ms. 1627, Ms. 1628 et Ms. 1629). Ces manuscrits présentent des awqaf, c’est-à-dire dans le droit islamique des donations faites par un particulier à une œuvre pieuse, de charité ou encore d’utilité publique. Ici, c’est une femme qui a réalisé un Waqf pour que ce Coran reste dans sa maison et qu’il soit lu pour la prière de l’après-midi en sa mémoire. Pour compléter cette session d’examen de manuscrits, le personnel de l’Alcazar a accepté de nous sortir des réserves un manuscrit en caractères grecs (Ms. 103), ainsi que deux documents présentant des écritures documentaires latines, le Ms. 1460 qui est un rotulus du XIVe siècle et le Ms. 1403. Le premier est un rouleau de 14 mètres de long qui liste les reconnaissances passées en faveur d’Alphand de Saint-Amans, seigneur de Confoux alors que le second, qui date du calvaire de Marseille (1411) recense les droits et taxes du comte de Provence Louis II d’Anjou sur la ville de Marseille et son territoire.

Rotulus du XIVe siècle – Ms. 1460 © Amandine Idasiak

Exemple d’écriture documentaire – Ms.1403 © Amandine Idasiak

L’après-midi du 5 avril s’est déroulée sur le campus universitaire Saint-Charles. Les étudiants ont pu mettre en pratique leurs observations et s’essayer à la calligraphie latine, hébraïque et arabe. Élodie Attia a d’abord présenté les bases de la calligraphie hébraïque et les différences entre écritures sépharade et ashkénaze. Ont été mis à disposition des étudiants tout le matériel nécessaire : papier, encres, calames et plumes.

Mise en pratique de la graphie hébraïque © Amandine Idasiak

Après avoir essayé de reproduire les caractères hébraïques, les étudiants ont pu suivre les conseils de Valérie Gontero et tester l’écriture gothique. C’est en testant les différents types d’outils (calame, plume / papier 80g, Canson) que les doctorants ont pu se rendre compte de l’importance du choix des outils et du matériau dans l’élaboration d’un manuscrit.

Mise en pratique de l’écriture gothique © Amandine Idasiak

Enfin, la session s’est terminée avec l’intervention de Maxime Adel (Chercheur associé à l’IREMAM et Calligraphe) sur la calligraphie arabe. Il a débuté par une introduction sur l’apparition de l’écriture arabe et une présentation des sept styles de calligraphie arabe (hijazi, coufique, nashki, thuluth, tawqiʾ, muhaqqaq et divanî).

Maxime Adel présentant les différents styles de calligraphie arabe © Morgane Kernin

 Dans un deuxième temps, cette introduction théorique a encore une fois été mise en pratique par les étudiants et les enseignants-chercheurs d’AMU qui ont pu tester ces différents types de calligraphie.

Travaux des étudiants sur la calligraphie arabe © Morgane Kernin

La troisième session de l’atelier doctoral « La Main et l’Écrit » aura lieu en octobre 2018 et aura pour thématique l’édition.