Suite à une consultation de manuscrits latins à la BMVR de Marseille

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

Sur invitation de notre collègue Valérie Naudet, professeure de Lettres à Aix-Marseille Université, membre du CIELAM, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235, j’ai assisté à une séance de consultation de manuscrits latins à la BMVR de l’Alcazar dans le cadre d’un séminaire de Master 1 et 2 en Lettres Modernes.

Avec l’autorisation des conservateurs du fonds ancien de la BMVR, il a été possible d’observer une encyclopédie médiévale copiée au XIVe siècle, Sidrac ou le Livre de la fontaine de toutes sciences, (roman philosophique anonyme écrit en français à la fin du XIIIe siècle), un livre d’Heures à l’usage de Thérouanne (XIIIe siècle) à savoir un livre liturgique destiné aux fidèles catholiques laïcs, en l’occurrence ici, le commanditaire était une femme, et un autre livre d’Heures à l’usage de Troyes (XVe siècle).

Observer les manuscrits médiévaux, quelle que soit leur langue est toujours une chose importante et bénéfique pour le médiéviste, et ce quelle que soit sa spécialité. Les techniques codicologiques étaient communes aux juifs et aux chrétiens (« Le monde juif ne possède pas de tradition codicologique propre, à l’exception des prescriptions rituelles concernant le Livre saint », Muzerelle 1991, 362).

Consultation des manuscrits, BMVR, Alcazar Marseille, le 30 novembre 2016 (Photo: É. Attia)

Consultation de manuscrits latins médiévaux,  le 30 novembre 2016, BMVR, Alcazar Marseille (Photo: É. Attia)

Deux points me semblent intéressants par rapport au projet MBH: celui de la place de l’image dans le manuscrit médiéval utilisé par les laïcs (pour les médiévistes, ne faisant pas partie du clergé) en particulier ici dans le livre d’Heures de Thérouanne. La présence de St François parlant aux oiseaux dans la marge inférieure quand le texte principal évoque les pauvres (Lien vers la base Enluminures, Ms. 111, f. 139r ) est connue.

Marseille, BMVR, Ms. 111, f. 139r (Images provenant de la base enluminures.culture.fr

Livre d’Heures de Thérouanne, Marseille, BMVR, Ms. 111, f. 139r (Images provenant de la base enluminures.culture.fr)

St François parlant aux oiseaux, Marseille, BMVR, Ms. 111, f. 139r (images provenant de la base en ligne enluminure.culture.fr)

St François parlant aux oiseaux, Marseille, BMVR, Ms. 111, f. 139r (images provenant de la base en ligne enluminure.culture.fr)

 

Cet exemple rappelle que la culture médiévale écrite utilisait les effets visuels, dont les images, pour transmettre des messages répandus dans la société. Cet élément me rappelle l’usage des micrographies figurées ou Massora Figurata dans les manuscrits bibliques hébreux de France du Nord, comme celles du Ms. Vat. Ebr. 14 (voir Attia 2015). Les fonctions des micrographies dans les manuscrits hébreux sont nombreuses et il n’est pas rare qu’une image joue une fonction de métatexte, à savoir par exemple l’allusion au commentaire de Rashi dans les micrographies du Ms. Vat. Ebr. 14 (Attia 2014).

Un second point est la question du bilinguisme. Dans le cadre d’un livre d’Heures, l’utilisation du français est faite pour donner des indications de lecture (par exemple les parties à lire et leur moment précis dans la journée), l’utilisation du latin reste pour le contenu des prières. Cela rappelle d’une certaine façon que dans la culture juive médiévale de France du Nord, certains bilinguismes sont notables. Le bilinguisme araméen / hébreu existe dans certains manuscrits ashkénazes bibliques, qui intercalent après chaque verset hébreu, un verset araméen du Targum. Il s’agirait de la survivance d’une règle de lecture des versets hébreux puis araméens indiquées dans le Talmud (Attia 2014). D’autres manuscrits bilingues hébreu / latin ont été retrouvés et fait l’objet d’études approfondies, dont le Dictionnaire hébreu-latin-français de la Bible hébraïque de l’abbaye de Ramsey (Olszowy-Schlanger, Gondreux 2008). Enfin, il faut rappeler que le bilinguisme hébreu / français était fréquent lors de l’étude de la Bible hébraïque car, en France médiévale, elle se faisait en langue vernaculaire. Des glossaires bibliques bilingues ont été rédigés (voir Banitt 1969, Morin 2007, Kiwitt 2010): par exemple le Ms. Paris hébr. 302 (Lambert, Bradin 1905) ou le glossaire de Parme Ms. 2924, célèbre pour son colophon en français (Sirat 1990, 20).

Une prochaine séance nous permettra d’observer d’autres manuscrits précieux de cette bibliothèque.

Bibliographie sélective:

  • Attia 2014a: Elodie Attia, « Editing Medieval Ashkenazi Masorah and Masora Figurata: Observations on the Functions of the Micrography in Hebrew Manuscripts », Sefarad, 2015, 75 (1), 7 – 33. <hal-01394247>
  • Attia 2014b: Elodie Attia, « Targum’s Layout in Ashkenazic Manuscripts. Preliminary Methodological Observations » in A. Houtman, E. Staalduine-Sulman, H.-M. Kirn (éd.). A Jewish Targum in a Christian World, Leiden-Boston, 2014, 99-122. <hal-01404874>
  • Attia 2015: Elodie Attia. The Masorah of Elijah ha-Naqdan. An Edition of Ashkenazic Micrographical Notes. Berlin-Boston, 2015. <hal-01394248>
  • Banitt 1969: Menahem Banitt, « חקר הגלוסארים המקראיים של יהודי צרפת בימי הביניים » in דברי האקדמיה הלאומית הישראלית למדעים, ii, 1969, 135-149.
  • Kiwitt 2010: Marc Kiwitt, « Les glossaires hébreu-français du XIIIe siècle et la culture juive en France du nord », in Cultures et lexikographies, M. Heinz (éd), Berlin, 2010, 113-126.
  • Lambert, Bradin 1905: Lambert, M., Bradin, L., Glossaire hébreu-français du XIIIe siècle, Paris, 1905. En ligne.
  • Morin 2007: Yves Morin, 2007, « A Corpus of French Texts with Non-Standard Orthography », in Corpus-Based Perspectives in Linguistics, Kawaguchi Y. (ed), Amsterdam / Philadelphia, 2007, 191-194.
  • Olszowy-Schlanger 2003: Judith Olszowy-Schlanger, Les manuscrits hébreux de l’Angleterre médiévale, Paris – Louvain, 2003.
  • Olszowy-Schlanger, Gondreux 2008: Judith Olszowy-Schlanger, Anne Grondeux (éd.), Dictionnaire hébreu-latin-français de la Bible hébraïque de l’abbaye de Ramsey (XIIIe siècle), Turnhout, 2008. <halshs-00274135>
  • Sirat 1990: Colette Sirat, « Les femmes juives et l’écriture au Moyen Âge », Les nouveaux cahiers, 1990, n° 101, 14-23.

(Dernière mise à jour le 25 janvier 2017)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *