À propos d’écologie, d’éthique et d’usages des techniques numériques en SHS…

par Élodie Attia

CNRS, Aix Marseille Université, TDMAM, Aix-en-Provence, France

Résumé: En mars 2023, une séance (malheureusement annulée) du séminaire interlaboratoire De l’écrit à l’écran devait être l’occasion de se demander comment les technologies numériques (de plus en plus courantes, à la mode) utilisées pour analyser les documents et les données sont soumises aussi à la nécessité d’être moins gourmande en énergie. En d’autres termes, malgré leur diffusion, participent-elles de l’effort de lutte contre le réchauffement climatique, actuellement palpable par la sécheresse que connaît le bassin méditerranéen et de très nombreuses régions du mondes ? Quelques réflexions préliminaires, à hauteur de non spécialiste, sans louer ou condamner absolument les techniques en question.

***

En 2022-2023, il est un fait que les politiques actuelles des laboratoires du CNRS s’efforcent de demander de plus en plus fortement une évlauation de l’empreinte carbonne des activités des laboratoires. C’est une demande de l’HCERES, et des formations des DU à ce titre existent (cf. Webinaire https://labos1point5.org/les-colloques/webinaire-dus-2023). Une des discussions qui auraient pu éclore lors de cette séance aurait sans doute concernée, outre l’usage des techniques informatiques et numériques déjà très intégrées dans certaines disciplines et équipes, l’apparition de l’usage de l’IA dans les projets de recherche y compris en SHS et leur coût environnementaux. Ariane Pinché, lors du séminaire 2021-2022, nous avait présenté brillamment ses travaux lié à l’IA appliqué à des textes en anciens français médiéval, et nous ne lui avions pas spécialement posé la question de la durabilité écologique ou du coût environnemental de ces techniques du Deep-learning, fascinés que nous étions de ces résultats surprenants. Une des questions qui se posait était de quels savoirs devient-on propriétaire en ne fréquentant pas physiquement les objets que l’on étudie.

On notera en 2023 les critiques concernant les développements de l’IA, et l’apparition fulgurante de CHAT-GPT (en Décembre 2022), pourtant gourmand en énergie, et présenté comme un réel cas de conscience technologique à plusieurs titres. Celui-ci se présente commercialement ainsi: “Grâce à ses capacités avancées de traitement du langage naturel, ChatGPT peut générer du texte de haute qualité sur n’importe quel sujet. Cela le rend utile pour la création de contenu, comme la rédaction d’articles de blog, d’articles ou même de livres entiers. De plus, ChatGPT peut créer des essais incroyables sur un large éventail de sujets, même les plus difficiles.” (source: https://chatgpt.org/fr#how). On voit une publicité alléchante promettant du texte de ‘haute qualité’, mais soit.

Dans un article du Monde, G. Hinton, chercheur pour Google dont il vient de démissionner, et qui a dédié sa vie à l’IA, remet en question aujourd’hui ses recherches et l’oeuvre de sa vie. La compétition actuelle autour des développements de l’IA l’inquiète. Il est à craindre que les citoyens ne soient plus capables de discerner des informations vraies des fausses, manquant soit de formation soit d’éléments pour en juger. Ensuite, selon Hinton, que des robots militaires équipés d’IA soient engagés dans des conflits provoqués par des régimes autoritaires. https://www.lemonde.fr/pixels/article/2023/05/02/geoffrey-hinton-pionnier-de-l-ia-quitte-google-et-dit-regretter-son-invention_6171773_4408996.html

Une prise de parole du français Yan Le Cun, qui défend l’IA travaillant pour META (Facebook). Il ne nie pas les limites de l’IA en terme de fiabilité et de contrôlabilité. https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/04/28/yann-le-cun-directeur-a-meta-l-idee-meme-de-vouloir-ralentir-la-recherche-sur-l-ia-s-apparente-a-un-nouvel-obscurantisme_6171338_3232.html. Il compte sur “l’intelligence collective humaine” pour anticiper les dégâts de l’IA. Or on sait que la culture scientifique recule même dans les démocraties dîtes libérales, et que la qualité des formations ont été dégradées par les politiques de réduction des services publics (processus de Bologne). On se demande sur quelle intelligence collective il compte pour ‘anticiper’ l’IA (des intelligences formées dans des universités privées payées par Google et Facebook ou des universités indépendantes publiques ?). Au vue des difficultés d’anticipation et de réactions actuelles au réchauffement climatique (cf. rapport du GIEC à l’attention des décideurs 2023), on se demande bien qui saurait anticiper les dégâts générés par les IA productrices d’informations et de textes artificiels. Chat-GPT est un prévu pour être un “assistant” à la vie (et à la pensée, y compris créatrice) humaine.

On notera qu’en recherche, la version d’origine de CHatGPT avait été proposée à des scientifiques (hors SHS) afin de produire des articles et vérifier les limites du système. Certains chercheurs considèrent que l’IA pourrait aider à écrire des “synthèses”. Comme si l’exercice était trop difficile, trop coûteux alors qu’il est l’essence même du travail de recherche. Le chercheur serait-il juste un producteur de data, la synthèse relevant d’une IA ? Si “savoir faire une synthèse (en tenant compte des irrégularités et des singularités des cas)” est le signe d’une intelligence humaine, d’une formation, d’une culture, on peut se demander si livrer la synthèse à une IA est-il un signe d’intelligence ?

Dans tous les cas, aucun des deux chercheurs spécialistes de l’IA, Hinton ou Le Cun, ne posent la question de l’énergie nécessaire à ces techniques et du coût écologique de l’IA, comme cela n’était toujours pas une question importante. L’IA et ses développement participe-t-elle intelligemment d’un changement de paradigme concernant l’utilisation des énergies ? La part de l’informatique et des nouvelles technologies dans la production de Co2 s’accroît. Un article ici du CNRS de Juin 2021 qui pose la question https://ecoinfo.cnrs.fr/2019/10/01/impact-environnemental-de-lia/. Il semble que personne ne soit en mesure de dire combien d’énergie l’IA dépensera dans son utilisation, et visiblement personne n’y pense. Une citation de cet article : “Pour l’étape de fabrication des équipements, il n’existe pas à notre connaissance d’étude sur des équipements utilisés pour faire tourner ce type de programme, notamment car aucun constructeur de GPU (processeurs graphiques), TPU (processeurs spécifiques pour les réseaux de neurones) ou autre équipement équivalent ne fournit actuellement d’analyse de cycle de vie, qui permettrait de connaître les impacts liés à la fabrication. On peut cependant s’appuyer sur d’autres études pour estimer que cet impact serait important : une étude (sources: ecoinfo.cnrs.fr) montre par exemple qu’en terme d’empreinte carbone, une heure.coeur de calcul dans le centre de calcul Gricad à Grenoble a une empreinte carbone liée directement aux équipements qui est due à 40% à la fabrication des serveurs ! Et en terme d’autres impacts, l’extraction et le traitement des matières premières nécessaires à la fabrication des composants électroniques sont également très polluants.”

Il est donc pour l’instant difficile de dire si cette technologie, présentée comme la solution à de nombreux problèmes scientifiques ou techniques humains, participera à résoudre la crise climatique actuelle décrite par le GIEC ou au contraire, l’accentuera. Mais le certain c’est que ces techniques ont une empreinte carbonne doivent être évaluées. Les projets scientifiques en SHS ou non financés développant des techniques d’IA devront évaluer leur bilan carbonne et les publier.

Première version : 3 Mai 2023

Mise à jour : 11 mai 2023 / 26 septembre 2023

Vient de paraître ! MAI 2023

Fière de la sortie collectif de cet ouvrage issu d’une rencontre en 2018, à l’occasion du projet ANR MBH:

From the Thames to the Euphrates De la Tamise à l’Euphrate

Intersecting Perspectives on Greek, Latin and Hebrew Bibles Regards croisés sur les bibles grecques, latines et hébraïques

  • Edited by: Patrick Andrist , Élodie Attia and Marilena Maniaci

Volume 9 in the series Manuscripta Biblica https://doi.org/10.1515/9783111019963

About this book

This volume is the result of a symposium organised in 2018 by Élodie Attia in Aix-en-Provence and offers a cross-sectional view of the production of typologically similar Latin, Greek and Hebrew Bibles during the course of the Middle Ages.

It first explores the different ways in which complete Bibles, in one or more volumes from the same production (pandects), were produced in different places and at different times, with an emphasis on their structural complexity. Complete Bibles are rare in all the traditions considered but especially interesting given the technical challenges that their production posed for craftsmen.

Partial Bibles represent a different way of transmitting the biblical text, whether they consist of a choice of parts of the Bible, assembled and reassembled in more or less original ways, or in the design of new types (such as the “Pentateuch-Megillot-Haftarot”, produced in the Ashkenazi world before 1300).

Bibles with commentaries are a very varied category, illustrated here by two examples: first, the pandects produced by Theodulf († 821), in which the marginal notes are akin to a critical apparatus; second, Hebrew manuscripts containing systematic exegetical commentaries in sophisticated layouts that also vary according to their areas of production.

Finally, the presentation of new fragments of a very ancient scroll of Genesis and Exodus from the Cairo Genizah sheds new light on its insertion into the Masoretic tradition, and to document the existence of partial Bibles in the form of scrolls.

This volume shows the value of a comparative approach to ancient Bibles and hopefully represents a further step towards a more comprehensive perception of a history of the Bible.

SECTION 1: BIBLES COMPLÈTES (EN UN OU PLUSIEURS VOLUMES) / COMPLETE BIBLES (IN ONE OR SEVERAL VOLUMES)
Contenu, ordre et structure des Bibles byzantines aux ixe et xe siècles (notes inédites revues par Patrick Andrist)
Paul Canart
13
L’architecture du Codex Basilianus (Vat. gr. 2106 + Marc. gr. 1) et l’étonnante hypothèse de Paul Canart
Patrick Andrist
21
Item Biblia in uno volumine : le « compactage » du texte biblique du XIe au XIIIe siècle
Chiara Ruzzier
 
39
SECTION 2: BIBLES PARTIELLES / PARTIAL BIBLES
Bibles hébraïques partielles : le cas des « Pentateuque- Megillot-Haftarot » ashkénazes
Élodie Attia
61
Partial Bibles in Southern Italy: the case of Montecassino
Roberta Casavecchia and Marilena Maniaci
83
SECTION 3: BIBLES À COMMENTAIRES / BIBLES WITH COMMENTARIES
The pandects of Theodulf of Orleans. Carolingian Bibles with critical apparatus: state and prospects of research
Caroline Chevalier-Royet
105
The layout of the glossed Hebrew Bible from manuscript to print
Javier del Barco
127
SECTION 4: ROULEAUX BIBLIQUES MÉDIÉVAUX / MEDIEVAL BIBLICAL SCROLLS
Fragments of the earliest complete Torah scroll in the Cairo Genizah?
Ben Outhwaite
Source : https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/9783111019963/html