Le projet ANR MBH, entre méthode traditionnelle et méthode quantitative

Mis en avant

par Attia Élodie, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM UMR7297, 13094, Aix-en-Provence, France

*Ce billet (version2) fait suite à la rencontre de collègues travaillant par analyse quantitative sur les manuscrits et les incunables, dont les travaux ont été présentés dans le cadre de l’école d’été « Le Livre médiéval au regard des méthodes quantitatives (12-16 juin 2017, Paris) ».[1] Je remercie Javier del Barco, François Foronda, Anne Mailloux et Chiara Ruzzier qui m’ont fait part de leurs réactions à la lecture de celui-ci.

Le projet MBH a pour objet l’étude d’un corpus d’au minimum une centaine de manuscrits bibliques hébreux produits avant 1300 et en monde Ashkénaze. L’objectif est de mieux connaître, à connaître à partir d’une analyse systématique basée sur un corpus dépassant 30 items (limite souvent pratiquée actuellement[2]), les grandes caractéristiques générales et les grands types de bibles hébraïques produites en Occident Médiéval. Il est un fait qu’aucune étude systématique n’a jamais été entreprise concernant les Bibles hébraïques médiévales[3]. Au XXIe siècle, alors que les bibles numérisées sur Internet sont nombreuses et disponibles aisément, et qu’un regain d’intérêt sur les bibles tardives est perceptibles[4], on ne sait pas caractériser les bibles hébraïques médiévales alors que ce sont les témoins par excellence des traditions et innovations qui sont au cœur du processus de production du livres[5].

Partant d’un corpus volontairement réduit (entre 100 et 200 manuscrits produits avant  en monde juif dit ‘ashkénaze’), le projet ANR a pour objectif de préparer le terrain à une enquête historique de longue haleine, à la fois, jusqu’en 1500 dans le(s) monde(s) ashkénaze(s), mais également de rendre pensables et faisables des comparaisons avec ce qui se produit dans d’autres aires géoculturelles du monde juif médiéval, à savoir, en monde séfarade, provençal, italien, byzantin et oriental.

Présentés ainsi, les objectifs du projet ANR MBH semblent clairement relever de « l’analyse quantitative ». Or cette analyse ne fait pas l’unanimité dans le monde de la recherche. Cet article a pour objectif de situer le projet ANR entre approche traditionnelle et approche quantitative, dans le but ultime de mieux connaître l’objet–livre Bible et son texte si charismatique de l’Histoire du Livre et de la culture.

***

Lire la suite