Le catalogue du futur ? Bases de données, métadonnées et enjeux scientifiques dans l’étude des manuscrits hébraïques

Javier del Barco (chercheur à l’Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo, du Consejo Superior de Investigaciones Científicas – CSIC, Madrid).

La présentation publiée ci-après a été faite dans le cadre du projet ANR ACHN 2016 MBH et du séminaire du Centre Paul-Albert Février, le 13 décembre 2016, de 16h à 18h, à la MMSH d’Aix-en-Provence. 

***

Aujourd’hui, le catalogage de manuscrits est en pleine transformation. Le développement disciplinaire de la codicologie depuis les années cinquante du dernier siècle a posé de nombreuses questions sur la production de manuscrits et a apporté plusieurs approches à leur étude en traversant les limites imposées par les disciplines : objet multiforme, le manuscrit se prête bien à une étude globale, soit matériel, soit textuelle, soit historique. Selon les questions posées et selon l’objet de la recherche sur le manuscrit, des approches quantitatives, comparatives, contextuelles, et structurelles sont possibles et nous permettent d’étudier sous différents angles la production, l’utilisation, la circulation et le collectionnisme de ce qui est l’objet de nos recherches, le manuscrit médiéval.

À ce développement des approches méthodologiques, l’arrivée de l’informatique et son application à l’étude des manuscrits médiévaux, a constitué un énorme potentiel pour la recherche et a changé drastiquement nos manières de travailler et d’envisager les résultats. Ce n’est pas un fait spécifique dans l’étude des manuscrits, mais un phénomène global dans les Sciences Humaines, et dont l’apparition des Humanités Numériques en atteste l’ampleur et l’importance.

Mais qu’est-ce que cette transformation signifie aujourd’hui lorsque nous envisageons d’écrire un catalogue de manuscrits ? À quelles questions devons-nous essayer de répondre ? Quels sont les enjeux scientifiques propres à un catalogue de manuscrits ? À quoi le catalogue, pour qui, comment ? Et la question qui nous intéresse ici de façon particulière, comment intégrer, dans notre travail, le potentiel que nous offre l’informatique pour résoudre nos questions ?

Continuer la lecture

Projet MBH, Bienvenue !

Le projet ANR MBH Manuscripta Bibliae Hebraicae a été sélectionné en 2015 pour le programme ACHN Accueil de chercheurs de Haut Niveau, dans le cadre du PLAN D’ACTION 2015 ‘Construction de l’Espace Européen de la Recherche et Attractivité Internationale de la France’. Il doit permettre à des chercheurs juniors ou séniors et en post-doctorats à l’étranger d’inscrire leurs recherches durablement en France. Il a commencé en septembre 2016.

Résumé du projet

Ce projet porte sur la place de la Bible hébraïque en Europe Chrétienne Occidentale médiévale et sur l’histoire de sa transmission matérielle en Angleterre, France, Allemagne, et en Italie du Nord. Ce sont les formes des manuscrits bibliques, les contenus et les usages socio-culturels de ces artefacts (rouleaux ou codices) qui sont au cœur du projet. Le projet envisage l’étude des formes matérielles des objets-livres (structure, caractéristiques paléographiques et codicologiques, disposition du texte), de leurs contenus philologiques (texte, vocalisation, accentuation, massore), des usages pratiques qui leurs étaient assignés et des discours sur l’usage des Bibles hébraïques médiévales produites en Europe Occidentale aux 12e et 13e siècles. Souvent négligés par rapport aux sources antiques telles que les Manuscrits de la Mer Morte, les manuscrits bibliques médiévaux tardifs ne sont pas uniquement des contenants de texte, mais sont aussi les émanations d’une culture contextualisable, des artefacts ayant leur propre histoire et revêtant des fonctions socio-culturelles spécifiques. La Bible actuelle que nous connaissons (la Bible Massorétique, c’est-à-dire accentuée, vocalisée et annotée) est une invention du Haut Moyen Age, mais la transmission de ce texte biblique d’Orient vers l’Europe occidentale reste encore dans l’ombre. Le projet prévu entre 2016 et 2020 se conçoit comme une première étape cruciale et fondamentale de la mise en place de cette vaste étude en passant par l’analyse approfondie et concrète d’un corpus bien délimité de sources (des manuscrits ashkénazes produits entre 1000 et 1300, des sources non-datées et des fragments). Ce projet permettra de tester une nouvelle méthodologie, le regroupement des données, la création d’une base de données spécifique dédiée aux manuscrits bibliques médiévaux allant de pair avec un portail web ‘Manuscripta Hebraicae Bibliae’ qui regroupera les sources numériques, les outils et des informations bibliographiques sur ce phénomène culturel médiéval en réalité majeur mais paradoxalement encore mal connu. La textualisation et la mise par écrit de la Bible hébraïque au Moyen Age auront, grâce à ce projet ACHN, un traitement scientifique systématique de haut niveau.

Source : Site de l’ANR, Accueil de Chercheurs de Haut Niveau (ACHN) 2016 Projet MBH